J'étais freelance, puis un jour j'ai décidé de tester le salariat ... mon retour d'expérience sur la question ! www.thebboost.fr #freelance #autoentrepreneur #ladyboss

J’AI TESTÉ POUR VOUS … LE SALARIAT

Hello la #TeamTBB ! J’espère que vous allez bien … depuis le temps ! Bref, trêve de bavardages. Si je n’étais pas présente ces derniers temps c’est que j’ai été ultra occupée entre mes autres activités … et mon nouveau CDI.

Hein quoi ? Aline ? Tu écris un blog sur l’entrepreneuriat et à quel point c’est cool d’être dans l’insécurité constante, mais derrière tu es salariée ? Minute les amis, les choses ne sont pas aussi simples et je vous promets de tout vous expliquer, et de partager cette expérience avec vous en détails !

NOVEMBRE 2017 : LA DÉCOUVERTE D’UN NOUVEAU MONDE

C’est donc en Novembre que tout a commencé. TheBBoost venait juste d’être fondé, je n’avais pas beaucoup de travail côté photographie & retouche photo, et j’étais trop heureuse de partager avec vous toutes mes expériences et mes petits tracas.

Puis une agence de retouche photo m’a contactée pour du travail en freelance. J’y suis allée avec plaisir, heureuse de travailler un peu (et à l’idée de pouvoir bientôt retourner faire du shopping). Et … j’ai adoré cette agence, l’équipe et l’ambiance dès les premiers jours !

DÉCEMBRE 2017 : LA DEMANDE EN MARIAGE

Les choses se sont tellement bien passées que quelques semaines après, cette même agence me faisait une proposition de CDI. Et là je ne vous explique pas le dilemme ! J’étais très attachée à mon indépendance, à mes valeurs entrepreneuriales, mais d’un autre côté voilà plusieurs mois que j’avais l’impression de stagner à un certain niveau de compétence, sans pouvoir m’améliorer. Cette offre était l’occasion rêvée pour progresser de nouveau, au sein d’une équipe ultra compétente, pour le compte de gros clients dont je n’aurais même pas pu rêver étant toute seule (on parle ici de Louis Vuitton, Yves Saint Laurent …).

Après beauuuuuuucoup de réflexions et de changements d’avis, j’ai décidé de tester l’aventure et de me lancer … Après tout je n’avais rien à perdre !

 

JANVIER À JUIN : LE SALARIAT, SES POURS ET SES CONTRES

J’ai donc commencé mon salariat avec la nouvelle année 2018 (ça sonnait d’ailleurs très bien dans ma tête). Et j’ai vécu depuis une aventure hyper enrichissante, et j’ai pu apprendre et progresser comme jamais. Un énorme coup de pied au derrière, une nouvelle motivation, l’impression d’avancer, j’étais aux anges 🙂

Ce qui m’amène à vous énumérer tous les « pours » du salariat : 

LES POURS DU SALARIAT :

  • La sécurité

On ne va pas se mentir, c’est le premier sujet que l’on aborde lorsqu’on s’amuse à faire la comparaison salarié/indépendant. La sécurité fournie par un salaire qui tombe à la fin de chaque mois, et ce quelque soit la charge de travail et son investissement personnel …C’est quand même très reposant et rassurant.

  • De vrais weekends

Je ne sais pas en ce qui vous concerne mais moi, indépendante, travaillant depuis chez moi … Je ne connaissais pas les vrais weekends, à déconnecter du travail et à penser à tout autre chose ! Je travaillais en continu, quelque soit le jour de la semaine. Impossible de rester chez moi le dimanche sans avoir la tête qui bouillonne à 2000% et besoin d’avancer sur mon travail. Être salariée m’a appris à faire AUTRE CHOSE de ma vie le weekend, et ça a été un vrai bol d’air frais !

  • Une équipe, une famille

Ce point est peut être très personnel, et j’ai bien conscience que les choses ne se passent pas ainsi dans toutes les entreprises du monde. J’ai eu la chance extraordinaire de travailler au sein d’une équipe ultra compétente, adorable, avec qui j’ai lié de vrais liens d’amitié. Et pouvoir travailler, échanger, apprendre avec d’autres professionnels a été ma plus belle découverte. Si la solitude peut être un vrai problème lorsqu’on est indépendant et que l’on travaille depuis chez soi, j’ai découvert à travers le salariat le bonheur de travailler en équipe, de s’entraider, d’échanger (et de sortir ensemble boire des shots et enflammer le dancefloor). 

  • Un apprentissage constant

En tant qu’indépendante, j’ai toujours mis un point d’honneur à constamment continuer à me former, chercher à m’améliorer dans mon domaine. Mais on peut dire tout ce que l’on souhaite, cela ne vaudra jamais le fait d’être balancé « dans le grand bain » en face de gros clients très exigeants, et de devoir assurer. Le salariat dans une grande boîte avec ce type de clients m’a poussée dans mes retranchements, et m’a obligée à apprendre beaucoup, et très vite. En conséquent, mon niveau de compétence s’est développé à très grande vitesse, et je n’ai jamais autant appris qu’au cours de ces 6 derniers mois.

LES CONTRES DU SALARIAT

Allez on ne va pas se mentir, tout n’est pas rose non plus dans le salariat. Voici les côtés que j’ai moins appréciés au cours de ces 6 derniers mois (disclaimer : ceci est mon point de vue strictement personnel et n’engage que moi, les points suivants peuvent très bien être des « pours » selon les points de vue 😉 )

  • Le rythme « métro/boulot/dodo »

Même avec des horaires convenables, on ne va pas se mentir : être salarié impose tout de suite un rythme de vie bien particulier, autour duquel il faut articuler le reste de sa vie. Notre présence est exigée sur une certaine plage horaire, pas le choix ! Du coup fini les après-midi shopping improvisés, les « aujourd’hui je ne le sens pas, je ne vais pas travailler et plutôt aller me balader », les vacances prévues au dernier moment. Être salarié c’est un vrai rythme qui nous est imposé, et que l’on doit constamment prendre en compte pour toute planification future. Poser un RTT pour un rendez-vous chez le médecin ? C’est une chose à laquelle je n’étais pas préparée du tout !

  • La répétition

J’ai eu la chance de travailler dans un environnement très productif et diversifié, ou chaque jour apporte son lot de nouveaux projets, tous différents, je le sais. Mais tout de même au bout de quelques semaines je sentais déjà la routine en place : se rendre tous les jours au même endroit, le café du matin, la pause le midi, traiter les projets, rentrer le soir … Je n’avais jamais été habituée à ça auparavant, et ça a été compliqué pour moi de rentrer « dans le moule » d’une routine, aussi confortable et agréable soit-elle. 

  • La hiérarchie

Voilà encore un point que je n’avais pas bien appréhendé : le fait d’avoir une hiérarchie, un N+1, un N+2 auxquels il faut rendre des comptes. J’ai eu la chance, encore une fois, d’être dans un environnement très souple au sein d’un belle équipe, et je n’ai pas expérimenté les managers caricaturaux de certaines grosses entreprises. Mais, pour être très transparente avec vous, l’adaptation a tout de même été difficile pour moi. Je suis passée d’une vie d’indépendance où je gérais 2 business en parallèle (photographie et retouche photo), où mes journées et ma manière de travailler n’appartenaient qu’à moi, à un environnement où chaque matin mon manager me donnait mes tâches de la journée, et chaque soir les contrôlait. Un environnement où mon rôle était celui d’un exécutant (normal, on m’avait embauchée pour cela) et où je n’avais plus la main mise sur l’ensemble d’un projet et de la gestion client. 

ET AUJOURD’HUI ?

Aujourd’hui nous sommes en Juillet, il est dimanche et je vous écris cet article en pyjama depuis mon canapé … Mais surtout aujourd’hui je suis de nouveau freelance/indépendante/in charge.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’après 6 mois d’expériences, d’apprentissage intensif, de belles rencontres, je me suis rendu compte que malgré tous ses bénéfices, le salariat n’était pas fait pour moi. En fait ce n’est pas vraiment cela, ce n’est pas que le salariat n’est pas fait pour moi, c’est surtout que l’indépendance c’est vraiment QUI JE SUIS. Un passionné de chocolat noir pourra toujours apprécier un bon chocolat au lait … mais ce ne sera pas pareil. Et bien c’est un peu mon cas ! J’ai adoré le salariat, mais l’entrepreneuriat fait partie de mes valeurs, de qui je suis.

Et voilà la Team, c’était mon expérience avec le salariat, et je suis ravie d’avoir pu partager ça avec vous ! Et vous alors, dites moi tout vous êtes salariés ? 100% indépendant ? Fifty-fifty ? Quelles sont vos propres expériences ?

A très vite pour une prochaine aventure ! 🙂

4 Comments

  1. Raphaëlle Reply

    Hello Aline 🙂
    J’aurai (presque) pu l’écrire cet article dis-donc !
    Moi aussi j’ai testé le salariat entre mars et juin. Un CDI et un statut cadre qui auraient dû tout avoir pour me plaire… mais je crois qu’on ne se refait pas. Avoir une hiérarchie, la routine, le fait de devoir rester scotchée derrière son bureau même quand l’inspiration n’est plus là, très peu pour moi ^^
    D’ailleurs pour le coup, mes WE sont sacrés pour moi même étant freelance, et là je ne supportais pas que ma hiérarchie me contacte les jours OFF.
    Comme toi, je pense que le salariat ne me convient pas et qu’être indépendante c’est mon mode de travail à moi… et c’est comme ça 🙂
    Raphaëlle.

    • Hello Raphaëlle,
      Quel plaisir de te voir ici, merci pour ton retour ! Ton blog a été un de ceux qui m’ont poussée à commencer celui-ci alors quel honneur 😁
      Et du coup tu as arrêté ton salariat aussi ?
      C’est sûr que l’indépendance c’est un choix professionnel mais encore plus un mode de vie ! Et quand on y a goûté … on ne peut plus faire marche arrière !
      Merci encore ❤️
      Aline

  2. Parfois les étoiles s’alignent pour que nos chemins se croisent, donc hello pour la deuxième fois ce jour, ta newsletter a encore une fois atterrie dans mes spams, je la découvre seulement maintenant. C’est avec beaucoup de plaisir que je retrouve ton blog mais aussi beaucoup de surprise que je lis ce nouveau rebondissement. Il est urgent qu’on se retrouve autour d’un chocolat pour discuter de cela. Au plaisir de lire tes prochains articles. Lily

    • Hello Lily, trop heureuse de te voir par ici et de te lire 🙂
      Et oui ! J’ai décidé d’arrêter mon CDI, je n’étais pas pleinement satisfaite de ma situation. On se voit très vite !
      Bises, Aline.

Write A Comment