« Comment améliorer mon référencement naturel ? ». Cette question, je la vois dans les groupes Facebook, dans ma messagerie privée et ma boîte mail ! Et c’est vrai que je comprends : le référencement naturel (aussi connu sous le petit nom de SEO) fait souvent peur, intimide, ou a cette réputation d’art occulte réservé à quelques rares initiés.

Et pourtant, les bases du référencement naturel sont accessibles à tous et faciles à appliquer pour peu qu’on ait les bonnes informations. 

Dans cet article, je décortique avec vous les 4 piliers du référencement naturel, ainsi que toutes les actions et stratégies que vous pouvez mettre en place pour les appliquer à votre propre site internet (et à vos contenus).

Comment améliorer son référencement naturel grâce à ces astuces simples. Un article de www.thebboost.fr
épinglez pinterest article de blog TheBBoost

QU’EST-CE QUE LE RÉFÉRENCEMENT NATUREL ET COMMENT EST-CE QUE ÇA FONCTIONNE ?

Le référencement naturel c’est tout simplement la capacité à optimiser son site internet pour en favoriser le référencement par les moteurs de recherche. Il s’oppose au référencement payant (qu’on obtient lorsqu’on fait de la publicité Google Adwords).

Le but ultime étant d’avoir son site et ses contenus qui apparaissent dans les premiers résultats de la SERP (Search Engine Result Page, c’est à dire la page qui affiche votre site en première position … ou non !

Et on sait tous que moins de 30% des internautes vont au-delà de la première page de résultats (d’où la sacro sainte course effrénée pour l’optimisation SEO sur la première page en référencement Google).

C’est une des stratégies les plus efficaces et les plus durables pour booster le trafic son blog ou son site et s’assurer un business solide.

Le référencement naturel est une stratégie qui se met en place dans la durée uniquement

Cependant, le référencement naturel reste une stratégie qui, si elle est redoutablement efficace, met du temps à se mettre en place et à générer des résultats (compter au minimum quelques mois pour commencer à en voir les bienfaits). Si on rajoute à ça sont côté un peu technique, on comprend que ça puisse paraître décourageant.

Mais pas de panique ! Dans cet article je vais justement creuser avec vous toutes les petites astuces à mettre en place dès aujourd’hui pour que Google tombe amoureux de votre site pour de bon et que vous puissiez rapidement attirer un trafic qualifié.

Petit disclaimer : j’ai choisi de volontairement bien rentrer dans les détails, d’aller dans les détails un peu techniques pour vous donner absolument toutes les clés dont vous avez besoin. 

Ne vous découragez pas et ne cherchez pas à tout implémenter d’un coup. Choisissez une astuce dans cet article qui vous parle, puis implémentez-la.

Lorsque vous serez à l’aise avec celle-ci, choisissez-en une autre et implémentez-la à son tour. Et ainsi de suite.

Le référencement naturel s’articule autour de 4 piliers :

Avant de commencer, retenez ceci : le référencement naturel s’appuie aujourd’hui sur 4 piliers, 4 thématiques principales que j’ai décortiquées comme ceci :

  • Les textes 
  • La technique
  • Les liens 
  • Le comportement des visiteurs

Les basiques.

LES TEXTES

Les textes, les mots, sont l’aspect le plus connu du référencement naturel. Vous avez sûrement déjà entendu parler de « mot-clé », et peut-être même de « longue traîne » ou encore de « champ sémantique ».

Les mots que vous écrivez sur votre site internet, quel que soit la page ou le type de contenu, comptent en effet énormément pour améliorer votre référencement naturel.

Voici mes astuces pour les utiliser au mieux.

Constituer liste des 50 mots-clés

Le premier conseil que je donne souvent à mes coachés pour améliorer leur référencement naturel est de se constituer avant toute chose une liste de 50 mots-clés qui sont en rapport avec leur thématique. 

Cette liste, composée de mots dans le champ lexical de votre domaine est appelée « champ sémantique ». Et en utilisant ces mots un peu partout sur votre site internet, vous allez créer une vraie cohérence et indiquer à Google « ok, ce site parle de ce sujet à travers plusieurs angles cohérents ».

Par exemple, pour moi qui suis business coach ma liste de mots-clés ressemble à :

  • Entrepreneur
  • Business en ligne
  • Coach business
  • Organisation 
  • Productivité
  • Leadership
  • Webmarketing
  • Entrepreneuriat
  • Freelance
  • etc.

Travailler ses titres

Savoir écrire et optimiser ses titres est une des choses les plus importantes pour améliorer son référencement naturel. 

Quand on parle de titres, cela concerne aussi bien :

  • Le titre de votre site (qui, à l’heure où j’écris cet article, devrait faire moins de 70 caractères)
  • Les titres de vos pages
  • Les titres de vos articles de blog

Essayez, dans la mesure du possible, de placer vos mots-clés principaux dans vos titres (et votre mot-clé principal dans le titre de votre site internet !)

Par exemple, le titre de mon site est « TheBBoost – Coach Business et Bonne Humeur »

Vérifiez que chaque page de votre site (y compris vos mentions légales, CGV aient bien leur titre !).

Travailler la longueur de ses textes 

C’est un critère bien connu pour augmenter son référencement naturel : Google regarde la quantité de textes présents sur votre site pour en déterminer la qualité (évidemment c’est loin d’être le seul critère, mais c’en est un !).

À titre d’information, vous pouvez vous dire que vos textes sont considérés comme suffisants et « de qualité » par les moteurs de recherche :

  • À partir de 300 mots pour une page de votre site (page d’accueil, page à propos, etc.).
  • À partir de 800 mots pour vos articles de blog (même si Google les référence à partir de 300 mots, vous aurez très peu de chances de vous placer dans les premiers résultats de recherche à moins de 800 mots).

Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, n’hésitez pas à checker cet article qui vous donne les bases pour écrire et bien référencer un article de blog.

Garder une cohérence entre les thèmes abordés

Veillez à garder une réelle cohérence entre les thèmes abordés dans vos articles de blog, vos contenus, vos pages fixes (page d’accueil, à propos, etc).

Si vous avez un site autour du marketing, mais que vous bloguez sur le thé, la spiritualité et le jardinage il y a fort à parier que cela crée une confusion pour les moteurs de recherche !

Même si la cohérence se fait autour d’une thématique très large (pas forcément besoin d’être ici super nichés ou spécialisés), veillez à rester dans votre ligne éditoriale pour ne pas perdre les moteurs de recherche (ou vos lecteurs !).

Surveiller le duplicate content

Le duplicate content est un peu la bête noire des experts en référencement naturel. En effet c’est une erreur qui ne pardonne pas et peut ruiner des semaines d’efforts et de travail en très peu de temps.

Pour résumer de manière rapide, le duplicate content (« contenu dupliqué ») c’est le fait d’avoir un texte (un paragraphe ou tout un article de blog) qui apparaisse à plusieurs endroits sur le web.

On distingue donc 2 types de duplicate content :

  • Le duplicate content en interne, si vous copiez-coller un même paragraphe dans tous vos articles de blog, par exemple.
  • Le duplicate content externe, si quelqu’un copie-colle votre contenu sur son propre site, ou si vous faites un copier-coller depuis Wikipédia par exemple. 🙄

La seule chose à retenir c’est que c’est une pratique qui pénalise énormément votre site (que vous le fassiez vous-même en interne, ou même si quelqu’un le fait sur son site alors que vous êtes à l’origine du contenu !).

Évitez d’en faire, et gardez un oeil sur l’extérieur pour éviter que vos contenus ne soient repris sur d’autres sites et que cela vous porte préjudice. 

Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin sur la question, je vous conseille cet excellent article sur le duplicate content.

(ps : pour les plus techniques d’entre vous, il est possible de copier un contenu existant en rajoutant un canonical link mais si rien que ce terme c’est du chinois pour vous, dans le doute abstenez-vous !)

Maitriser correctement la hiérarchie des titres 

Comprendre comment hiérarchiser correctement ses titres et sous-titres est essentiel pour améliorer son référencement naturel et booster son indexation par les algorithmes.

Si vous avec un blog, il y a fort à parier que vous maîtrisez déjà ces concepts de « H1 », « H2 », « H3 », etc.

Mais ma question est- : l’appliquez-vous correctement aussi sur le reste de vos pages ? Votre page d’accueil, votre page de service ont-elles aussi leur hiérarchie de titres propres et clairs ?

Petit point sur les titres d’un site web

Pour ceux que j’ai déjà perdus, petit retour en arrière.

Les titres sur votre site (titres de page, titres de parties, etc.) sont identifiés par les balises « H » (pour headline qui veut dire « titre » en anglais).

Cette lettre H est ensuite associée à un numéro (allant de 1 à 6) qui détermine l’importance de ce titre dans la hiérarchie de votre contenu.

C’est comme ça que :

  • H1 = le titre principal de votre page, de votre article de blog, etc. 
  • H2 = les titres des grandes parties de votre page ou de votre article de blog
  • H3 = les sous-titres à l’intérieur des grandes parties
  • etc.

Pensez vos titres comme une dissertation de français 

En fait, pour comprendre la hiérarchie des titres, il faut réfléchir comme pour une dissertation de philo ou de français lorsqu’on était au lycée !

(H1)Le titre de la dissertation 

  1. (H2) Titre de la grande partie 1
    1. (H3) Sous-titre 1
    2. (H3) Sous-titre 2
  2. (H2) Titre de la grande partie 2
    1. (H3) Sous-titre 1
    2. (H3) Sous-titre 2

En se basant sur cette métaphore, on remarque quelques règles :

  • Il n’y a qu’un seul titre H1 par page (et non pas plusieurs comme j’en ai fait l’erreur à mes tous débuts !)
  • Il ne peut pas y avoir un seul H3 (un seul sous-titre) dans un H2 (dans une grande partie). Il y en a forcément au moins deux.
  • On ne peut pas avoir des enchaînements de titres sur une page comme H2 – H3 – H1 – H4, etc. Sur une page ! Ça ne fait aucun sens et les moteurs de recherche n’arriveront pas à vous référencer correctement.

Analyser et corriger les titres de ses pages 

Prenez un moment pour refaire une repasse rapide sur chacune de vos pages et vérifier qu’elles respectent une hiérarchie correcte dans leurs titres.

Pour cela vous pouvez utiliser l’extension gratuite SEO Quake sur votre navigateur pour analyser chaque page de votre site (installez l’extension, rendez-vous sur la page désirée, cliquez sur l’extension puis « diagnostique » pour accéder aux données).

LA TECHNIQUE : OPTIMISER SON SITE POUR LE RÉFÉRENCEMENT NATUREL

La technique est le deuxième pilier sur lequel s’appuient les moteurs de recherche pour référencer votre site internet. N’ayez pas peur, on va encore une fois garder les choses extrêmement simples et faciles à mettre en place. 

Optimiser ses images 

Vous utilisez certainement des images ou des photos sur votre site internet. Mais sont-elles optimisées pour cet usage ?

Les moteurs de recherche vont regarder sur plusieurs critères concernant vos images :

  • Leur poids (une image trop lourde ralentit le temps de chargement de votre site)
  • Leur nom
  • Si leur balise alternative (« balise alt ») est bien renseignée (pensez à y inclure des mots-clés !).

Assurez-vous donc que ces 3 critères soient respectés pour chacun de vos visuels.

Réduire le temps de chargement de son site internet

Le temps de chargement d’un site internet est un des fers de lance de Google en matière de référencement naturel pour l’année 2020 (ça et l’affichage sur mobile).

Le concept est simple : il faut que votre site s’affiche rapidement, même pour tata Jeannine au fin fond de la creuse qui a à peine l’ADSL. Si le temps de chargement de votre site est trop long, votre visiteur va le quitter avant même d’avoir pu y accéder (et les moteurs de recherche vont détester ça).

Quelques pistes pour améliorer le temps de chargement de votre site :

  • Compressez vos images pour en réduire au maximum le poids (personnellement j’utilise l’outil Compress JPG gratuit en ligne).
  • Supprimez les images qui ne sont plus utilisées sur votre site.
  • Hébergez vos contenus « lourds » (podcasts, vidéos, PDF) à l’extérieur de votre site et contentez-vous d’inclure des liens.
  • Réduisez le nombre de plug-ins sur votre site WordPress.

Améliorer l’affichage de votre site sur téléphone 

On l’a vu juste au-dessus : que votre site s’affiche correctement sur mobile (dans ce cas, on parle de site responsive) ou pas va être un critère primordial pour Google.

En 2020, près d’une personne sur deux navigue sur internet via son téléphone. Il est donc impensable que votre site s’affiche mal sur ce support.

Prenez le temps de checker chaque page de votre site depuis votre smartphone, à la recherche de petites erreurs comme :

  • Des textes trop petits 
  • Les textes coupés 
  • Ou encore des éléments qui sortent du champ de vision
  • Des boutons trop rapprochés
  • Etc.

Vous pouvez aussi vous aider d’outils gratuits comme la Search Console de Google qui analyse votre site et vous envoie des rapports par mail avec les erreurs d’affichage repérées sur mobile.

L’ancienneté d’un site améliore son référencement naturel

Petit critère à savoir : plus votre site est ancien, plus il a de poids en matière de référencement naturel. Un site âgé de plus d’un an aura, à optimisation égale, plus d’importance aux yeux de Google qu’un site plus jeune.

Optimiser ses URL

Vos URL (liens de vos pages) ne sont pas en reste dans votre référencement naturel.

Avant toute chose, assurez-vous qu’elles soient standardisées : courtes, simples et sans élément perturbateur comme des dates, des catégories. Dans l’idéal votre URL devrait ressembler à ceci :

www.nomdevotresite.com/titre-de-votre-page-ou-de-votre-article

Gardez vos URLs courtes et claires pour faciliter l’expérience de vos visiteurs et n’hésitez pas, là encore, à y inclure les mots-clés relatifs à votre page ou à votre contenu.

Avoir une navigation claire

Plus la navigation sur votre site sera claire et simple, plus cela sera apprécié des moteurs de recherche (et de vos visiteurs !).

Quelques conseils pour cela :

  • Gardez les titres de vos pages et les noms de vos onglets simples et compréhensibles (ce n’est pas le moment d’être créatifs !)
  • Évitez, dans la mesure du possible, les sous-menus dans les sous-menus.
  • Dans le même esprit, évitez d’avoir 3 menus différents sur votre site. 
  • Assurez-vous que n’importe quelle page de votre site soit accessible en 3 clics ou moins.
  • Choisissez un template de site qui dispose d’un fil d’Ariane (c’est-à-dire un élément visuel qui permet au visiteur de voir dans le menu sur quelle page il se situe).

TRAVAILLER SES LIENS POUR AMÉLIORER SON RÉFÉRENCEMENT NATUREL

En troisième pilier pour améliorer son référencement naturel on a les fameux liens. Liens entrants, liens sortants, certaines personnes ne jurent que par eux et il y a même des stratégies marketing entières basées uniquement sur eux (coucou le backlink marketing et le netlinking).

Si aujourd’hui il y a bien d’autres critères à prendre en compte (vous l’aurez bien compris), les liens ne sont pas en reste pour autant.

On distingue deux types de liens :

  • Les liens internes 
  • Les liens externes 

Les liens internes

Ces liens dits « internes » concernent uniquement les liens qui relient une page de votre site à une autre (ou un article à un autre). Ce sont des liens qui restent donc à l’intérieur du petit écosystème qu’est votre website. On parle alors de maillage interne. C’est un aspect indispensable pour optimiser son référencement.

L’idée pour vous va être de lier vos pages au maximum entre elles pour faciliter votre navigation (et celles des robots référenceurs des moteurs de recherche).

Mais attention, on ne le fait pas n’importe comment ! Je pourrais vous faire un article entier sur la question, mais retenez ces deux points principaux :

  • Reliez au maximum vos pages « mères » entre elles. Les pages dites « mères » sont par exemple votre page d’accueil, votre page de services, votre page à propos, etc. 
  • Concernant vos articles de blog, faites en sorte que chaque article de blog renvoie vers au minimum deux autres articles de blog de la même catégorie uniquement (ne faites pas de liens avec des articles d’une autre catégorie).

Les liens externes

La famille des liens externes est divisée en deux catégories :

  • Les liens externes sortants (ceux que vous utilisez et qui renvoient vers un contenu extérieur à votre site).
  • Et les liens externes entrants (les liens d’autres sites qui renvoient vers le vôtre).

Les liens externes sortants (ceux que vous faites vers des ressources extérieures, dans un article de blog par exemple) doivent être choisis avec soin, car les moteurs de recherche vont regarder s’ils sont pertinents avec votre thématique, et si le site vers lequel vous renvoyez est jugé comme « de qualité ».

Ici encore, évitez de renvoyer vers du matériel de jardinage si vous avez un site autour du web design. 🙂 

On a ensuite les liens externes entrants, qui sont les liens que d’autres sites font vers vous. Et ils peuvent être extrêmement utiles pour améliorer votre référencement naturel ! En effet si un site ancien, avec du contenu de qualité, beaucoup de visiteurs (on parle d’une forte « autorité ») fait un lien vers vous … Google va adorer ! Et à l’inverse si un site douteux renvoie vers vous, cela peut nuire à votre référencement.

C’est avec ce genre d’information qu’on se rend compte de la pertinence d’écrire des articles invités pour des sites pour influents (avec une meilleure autorité) que le nôtre.

Repérer et corriger les liens erronés

Concernant les liens, il arrive régulièrement que certains liens « cassent », soient erronés ou renvoient vers la fameuse « page 404 ». 

Les liens de votre site sont à surveiller étroitement, pour les garder actifs et à jour. Trop d’erreurs 404 sur votre site peuvent nuire à votre référencement naturel.

Pour surveiller automatiquement vos liens (et ne pas avoir à cliquer dessus pour les checker manuellement) pour pouvez utiliser sur wordpress  le plug-in gratuit Broken Link Checker (qui fait partie de mes 10 plugins gratuits préférés sur wordpress).

Pour ceux qui n’ont pas WordPress, vous avez le site web Ryte Free qui analyse gratuitement votre site et repère les liens cassés (inscription email obligatoire).

LE COMPORTEMENT DES VISITEURS

Le comportement de vos visiteurs est le dernier pilier pour améliorer son référencement naturel et mieux se positionner sur les résultats de recherche. En effet, il ne faut pas oublier qu’après tout, l’obsession de Google et des moteurs de recherche va être de se calquer le plus possible sur les comportements humains des visiteurs pour chercher à comprendre quels sont les contenus les plus susceptibles de plaire.

Pas de surprise donc sur le fait que le comportement des visiteurs sur votre site va être d’une importance primordiale pour votre SEO.

Diminuer son taux de rebond

Le taux de rebond, c’est le pourcentage de visiteurs qui vont arriver sur votre site, ne regarder qu’une seule page et partir immédiatement. 

C’est un des facteurs concernant le comportement de vos visiteurs que les moteurs de recherche vont regarder.

Alors, déjà rassurez-vous : si vous bloguez régulièrement, c’est normal que votre taux de rebond soit aux alentours des 70% (surtout si vous utilisez Pinterest pour générer du trafic additionnel sur votre blog). En effet, par définition vos visiteurs vont venir lire sur votre blog l’article qui les intéresse puis repartir. 

Cependant, voici quelques conseils pour diminuer votre taux de rebond :

  • Insérer des liens vers d’autres articles pertinents au sein de chaque article (minimum 2 comme dit plus haut).
  • Si vous avez la possibilité d’afficher des « suggestions d’articles » à la fin de chaque article de blog, c’est top (cela se fait en fonction du thème que vous aurez choisi).
  • Ne pas hésiter à ne pas trop surcharger votre site avec vos liens de réseaux sociaux, pour éviter que votre visiteur sorte directement de votre site.
  • Faire en sorte que chaque lien s’ouvre dans un nouvel onglet pour votre lecteur, pour ne pas qu’il quitte votre site et perde votre page.

Le temps passé sur une page

Plus votre visiteur va passer de temps sur une page de votre site, plus cela va envoyer un message positif aux moteurs de recherche (qui vont se dire que le contenu doit être intéressant et de qualité). Et donc plus ça va améliorer le positionnement de votre site web.

Pour augmenter le temps passé sur vos pages vous pouvez par exemple :

  • Écrire des articles plus longs.
  • Intégrer des vidéos ou le lecteur de votre podcast si vous en avez un 
  • Travailler la lisibilité de vos textes (bien aérés, avec des images pour « casser » les blocs de texte, des listes à puces … pensez à vos utilisateurs sur mobile !)

Le nombre de visites sur votre site

Même si ce n’est pas le critère principal, on ne va pas se mentir : le nombre de visiteurs sur votre site compte aussi dans votre référencement naturel.

Plus vous allez recevoir de visites, plus les moteurs de recherche vont considérer que votre site est intéressant (et donc plus ils vont le favoriser dans les résultats de recherche).

Même si faire connaître son blog et augmenter le nombre de visites sur son site est là encore un sujet à part dont on pourrait parler pendant des heures, voici deux stratégies que vous pouvez utiliser en attendant les premiers résultats du référencement naturel :

  • Mettre en place une stratégie Pinterest (hyper efficace, surtout si vous avez un blog)
  • Ne pas hésiter à utiliser vos réseaux sociaux pour faire la promotion de vos contenus, récents ou anciens !

Google Analytics est un outil précieux pour analyser le comportement des visiteurs sur votre site.

Le nombre de pages visitées par personne en moyenne

Plus haut, on a parlé du taux de rebond. Au-delà de ce pourcentage, les moteurs de recherche vont également regarder le nombre de pages qu’un visiteur va regarder en moyenne sur votre site. Plus ce nombre va être haut, plus cela va être positif pour votre référencement naturel.

Voici quelques idées à mettre en place pour augmenter le nombre de pages visitées sur votre site :

  • Intégrer des suggestions d’articles à lire à la fin de chaque article de blog 
  • Ne pas hésiter à intégrer des liens sur chaque page qui renvoient vers d’autres (par exemple un lien sur votre « à propos » qui renvoie vers vos services », un lien de votre « accueil » vers votre « à propos », etc.).

Et voilà les cookies ! Ouf c’est terminé ! Je SAIS que c’est beaucoup d’informations alors laissez-moi vous rassurer sur un point : vous n’avez pas besoin de TOUT mettre en place et que tout soit parfait améliorer votre référencement naturel.

Choisissez une astuce et implémentez-la pendant quelques semaines. Puis une autre. Rien ne presse.

Et en cas de doute, n’oubliez pas : optimisez et écrivez toujours pour vos visiteurs humains avant d’écrire pour les robots Google, c’est le point le plus important de tous !

6 Comments

    • Hello Aurélie merci énormément pour ton retour ! Trop contente d’apprendre que tu as appris des choses 😁

  1. J’ai écouté ton podcast, il est incroyablement riche et concret ! Un grand bravo pour ce super travail !
    Cela fait des semaines que je lis des choses sur le SEO mais je sais enfin comment m’y mettre concrètement ! Tu m’as donné 1000% de motivation !
    Merciii 🙂

    • Hello Charlotte ! Merci énormément pour ton retour ça me fait super plaisir ! Trop contente que tu aies trouvé le podcast utile 😍

  2. Bonjour ! Merci beaucoup pour cet article très complet et utile !
    J’ai une question concernant la taille des images sur le site internet: vous avez dit qu’il faut réduire au maximum la taille, mais savez-vous qu’elle est la taille « optimale » d’une image sur son site internet ?
    Merci beaucoup par avance de votre réponse et bonne journée !

    • Hello Louise ! Tout dépend de la taille d’affichage de l’image sur ton site (si c’est une bannière qui fait toute la largeur de la page, ou juste une petite image dans un article) mais dans tous les cas je déconseille de dépasser les 2000px de large.

Write A Comment