Dans les coulisses d’un lancement à 6 chiffres

05 Oct 2020

Au mois de septembre 2020, j’ai effectué le premier « gros » lancement de toute ma carrière d’entrepreneure, à l’occasion de la mise en ligne de ma formation en ligne la BSB Académie. Gros objectifs, gros lancement, grosses leçons retenues.

Au cours de cet épisode, je vous emmène dans les coulisses : histoire du projet, stratégies utilisées, investissements, résultats (avec les chiffres !), organisation, leçons apprises, délégation, autosabotage, mindset… Tout y passe et je vous dis tout ! 

L’HISTOIRE DU PROJET

La formation en ligne au cœur de ce lancement, c’est la BSB Académie : un programme de renforcement business de 3 mois pour faire décoller son activité, trouver plus de clients et de sérénité.

L’idée de cette formation m’est venue en mars 2019, alors que je suivais la B-School de Marie Forléo, faute d’avoir trouvé une formation équivalente en francophonie. Depuis ce jour-là, je me suis mis en tête de créer ce programme que j’aurais tant aimé voir sur le marché, à l’époque. 

La BSB Académie, c’est la formation que j’ai créée pour la « moi » d’il y a 2 ans !

Dès le début, il était clair pour moi que ça allait devenir mon programme phare, un des piliers de mon business. C’est pour cette raison que j’ai tout de suite vu les choses en grand et sur le long terme.

J’ai d’abord pris le temps de construire le programme et de tester son contenu sous la forme de coachings de groupe « bêta test », pendant plus de 6 mois, avant le lancement.

Et ensuite, j’ai mis tout mon business en pause pendant 3 mois (de juillet, à septembre 2020 inclus) pour créer l’ensemble de la formation et en préparer le lancement.

LA STRATÉGIE UTILISÉE

Il y a des dizaines de stratégies possibles pour un lancement : webinaires, challenges, publicité, affiliation, création de contenu, emailing, etc. 

Et honnêtement ? Je les ai presque toutes utilisées ! (sauf le challenge)

Mon mot d’ordre pendant ce lancement : ZÉRO REGRET. Je voulais être sûre de finir ce lancement et de pouvoir me dire, quels que soient les résultats : « J’ai tellement fait mon max que j’ai zéro regret, je n’aurais rien pu faire de plus ».

J’ai donc décidé que la colonne vertébrale de mon lancement serait ma masterclass, que je donnerai à 4 reprises, à chaque fois en live.

Et autour de cette masterclass, j’ai construit une stratégie de publicité Facebook et Instagram, d’affiliation, de création de contenu et d’emailing. 

J’ai également décidé, en juin 2020, de me déclarer organisme de formation et de me faire Datadocker, afin que la BSB Académie puisse être finançable via le CPF (Compte Professionnel de Formation) de mes élèves. Un énorme chantier administratif.

LES INVESTISSEMENTS FAITS

Dès le début, j’ai été claire sur un point : on ne peut pas penser réaliser un chiffre d’affaires de plus de 100 000 € sans investir un minimum en amont.

Au final, ce lancement représente plus de 20 000 € d’investissement dans mon business qui se répartissent (à peu près) comme suit :

  • 10 000 € de commissions pour mes affiliés et partenaires.
  • 6 000 € de prestataires. 
  • 3 500 € de budget publicitaire.
  • 4 000 € de logiciels. 

Sans compter le fait que je n’ai pris aucun coaching individuel pendant les 3 mois de création et de lancement, ce qui représente un gros manque à gagner.

C’est une grosse leçon de ce lancement. On n’aa rien sans rien et il faut savoir investir à hauteur de ses objectifs.

LES RÉSULTATS OBTENUS

Mon objectif de départ : 200 000 € de CA TTC, soit environ 130 ventes.

C’était un objectif à la fois hyper ambitieux et challengeant pour moi (qui me faisait très peur), sans pour autant me terroriser au point de me paralyser.

Au final : 193 ventes pour un CA total de plus de 300 000 € (!!!!).

Encore aujourd’hui, au moment où j’écris ces lignes, je ne réalise pas encore tout à fait. 

Et il faut également tempérer les résultats : 50 % de ces ventes proviennent des financements via CPF. Ce qui signifie que je ne serais payée qu’à la fin de la formation, c’est-à-dire début 2021. Sans oublier la TVA, les impôts, charges et frais qui viendront évidemment profiter de la fête. 😂

Cela reste, dans tous les cas, un lancement extraordinaire qui a dépassé mes attentes les plus folles.

L’ORGANISATION MISE EN PLACE 

L’organisation a été un élément vital, déterminant de ce lancement et de sa réussite. De base, je suis quelqu’un d’extrêmement organisé, mais j’ai poussé le bouchon encore plus loin pour ce lancement.

TOUT était prêt plusieurs jours (voir semaines) avant le lancement : technique, contenus, emails, page de vente, calendrier éditorial. Tout était prêt, planifié, daté à l’avance et je pense que c’est ce qui m’a sauvée.

Pendant le lancement, je n’ai eu plus qu’à suivre à la lettre mon plan d’action. Et à me consacrer à mes masterclass et au support client (ce qui n’était pas de tout repos en soi).

Ce qui a débouché sur un lancement qui, même s’il a été exténuant (comme tous les lancements), est resté très fluide. Et il n’y a eu aucun gros problème.

L’ÉQUIPE 

Je leur ai souvent répété pendant 15 jours, mais ce lancement n’est pas le mien. C’est celui de l’équipe qu’il y a eu derrière et sans qui je n’aurais pas pu faire le quart de ce qui a été mis en place.

Nous étions 3 :

  • Sonia, mon bras droit qui a pris en charge l’administratif, une partie du support client ainsi que toute la partie affiliation.
  • Nolwen, à la tête du budget publicité et du bot Messenger.
  • Et moi !

LE MINDSET ET LE CÔTÉ PERSO

Comme tout lancement, celui-ci a été challengeant d’un point de vue business, mais également d’un point de vue personnel. 

Le premier point qui en est ressorti pour ma part, c’est l’importance de continuer à avoir la meilleure hygiène de vie possible pendant le lancement. C’est une période tellement énergivore, qui nous demande d’être à notre top chaque heure de chaque jour. Si derrière l’alimentation et l’hygiène de vie (sport, sommeil, hydratation, etc.) ne suivent pas, cela a des répercussions immédiates sur les résultats. 

Ensuite, d’un point de vue mindset, ça a été compliqué pour moi à un moment de gérer « le succès » des ventes et le CA qui rentrait. J’ai été prise, pendant quelques jours, d’un énorme syndrome de l’imposteur. Et ça m’a demandé une bonne séance d’autocoaching pour m’en sortir et ne pas me saboter.


Avec le recul, je me rends compte qu’un lancement est un moment qui fait autant grandir le business que l’entrepreneur. Et je n’ai qu’une hâte… m’atteler au prochain !

Vous aimerez également

Comment bien s’associer ? Julia et Julie de « I don’t think I feel » vous donnent 5 précieux conseils

Comment bien s’associer ? Julia et Julie de « I don’t think I feel » vous donnent 5 précieux conseils
Laissez-nous un petit commentaire 🍪

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. 6 chiffres ! Inspirant, notamment le financement par le compte formation pro, excellente idée.

    Félicitations, tu manies le business comme une virtuose son piano, et c’est une mélodie très plaisante à écouter 😉

  2. Bravo pour cette belle réussite et merci de partager les coulisses de ton lancement. J’ai une question d’ordre technique. Quelle plateforme utilises-tu pour proposer cette formation en ligne? Est-ce que le fait de se faire Datadocker impose une plateforme plutôt qu’une autre?

    1. Hello Johan, merci pour votre retour ! En matière de formation en ligne (en e-learning, comme les appelle le Datadock) il faut pouvoir fournir à la Caisse des Dépôts en cas de contrôle des relevés de connexion des apprenants assez détaillés, et toutes les plateformes n’en proposent pas.
      À l’heure actuelle, je sais que LearnyBox et Kajabi ont des relevés suffisamment détaillés pour répondre aux exigences administratives. 🙂

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}