En plusieurs années d’entrepreneuriat, j’ai fait pas mal d’erreurs business. Heureusement, elles m’ont toutes aidé (d’une manière ou d’une autre) à avancer et à grandir.

Il y en a d’abord eu quand j’étais freelance en retouche photo, et ensuite avec TheBBoost.

Chacune d’entre elles m’a appris quelque chose. Je dois dire que sans tous ces faux pas, je n’en serais certainement pas là où j’en suis aujourd’hui ! C’est pour cette raison que je suis persuadée de la nécessité de faire des erreurs, de tester, d’échouer, d’adapter, de recommencer.

C’est comme cela qu’on progresse plus vite et plus efficacement.

Je vous propose donc de considérer les erreurs que je vais vous partager aujourd’hui comme des axes de réflexion, plus que comme des choses à ne surtout pas faire. 

Demandez-vous si ces elles résonnent en vous, ce que cela vous inspire pour votre propre business …

Prêts pour mes pires erreurs business ? 🙈

1 – Le cas PixelBees

Il s’agit de mon side business, créé en mars 2019. L’objectif était de monétiser mes compétences en retouche photo et graphisme en créant des formations pour aider les entrepreneurs à retoucher leurs propres photos, à créer leurs visuels, etc. 

C’était un super projet que j’avais documenté avec toute une série de vidéos sur  YouTube où je partageais toute la création du business de A à Z. J’avais créé le site, je rédigeais des articles, des tutos, j’avais même investi de l’argent pour en accélérer le développement.

J’avais tout fait et j’en étais au stade de la création des formations. Les gens me suivaient, certains me disaient attendre avec impatience leur sortie, bref tout se passait bien ! 

Sauf que… je n’ai jamais pu enregistrer la formation. Je n’avais tout simplement pas envie de la créer. J’ai procrastiné pendant des jours et des jours. Pourtant je savais que la formation allait se vendre, je savais qu’il y avait un besoin dessus. Mais rien à y faire.

C’est là que PixelBees a été une de mes plus grosses erreurs business : je n’ai pas pris en compte les 3 données nécessaires avant de lancer un business. Je n’avais pas coché les 3 cases.

Ces trois cases sont : 

  • Est-ce qu’il y a de la demande ?
  • Est-ce que j’ai les compétences dans ce domaine ?
  • Est-ce que je suis passionnée par ce projet au point de le faire même de manière bénévole ?

C’est bien la 3e case qui me manquait pour PixelBees. Je l’avais complètement négligé. Ce qui me passionnait était TheBBoost (et je suis fière de dire que c’est encore le cas aujourd’hui, mon coeur bat pour ce projet 😁).

La question qui m’a permis de mettre fin à ce projet : est-ce que tu te vois encore gérer ce business dans 3 ans ? La réponse a été claire : NON !

J’ai donc tout arrêté. Ça n’a pas été facile mais aujourd’hui je ne le regrette absolument pas. Avec le recul je me rends compte que c’était la bonne décision à prendre.

2 – Accepter des projets alors que je ne le “sentais pas”

Erreur faite à plusieurs reprises lorsque j’étais freelance.

Il y a parfois des clients qui me proposaient des projets et quelque chose me dérangeait. Soit je ne pensais pas avoir les compétences, soit je ne sentais pas le client … 

À chaque fois je me disais : “mais non Aline, tu es parano”. “Arrête de te prendre la tête”. Et je fonçais.

Et je vous le dis : dans 100 % des cas, ça s’est mal passé ! 

Le cas d’étude que j’adore citer : ma collaboration avec la marque de cosmétique L’Occitane en Provence. Ils avaient fait appel à moi pour faire la retouche de leurs visuels du site e-commerce. C’était un projet challengeant en termes de compétences (800 visuels à traiter en 3 semaines). Mais je n’avais pas d’expérience dans ce type de retouche photo, je ne connaissais pas les codes spécifiques de cet univers. 

Vous avez deviné ?

Je me suis complètement rétamée ! Je ne suivais pas le rythme, je n’étais pas organisée, le client n’était pas satisfait, moi non plus, je rattrapais mon retard la nuit … 

Bref, une catastrophe.

C’est une des erreurs business qui m’a énormément appris. Je me suis ensuite formée à la retouche de “packshot”, j’ai acquis ces compétences qui m’avaient cruellement manqué. Mais clairement, je n’étais pas prête à ce moment-là ! 

L’avantage c’est que moins d’un an après, une autre marque de cosmétiques a fait appel à moi pour le même type de projet … qui s’est super bien passé cette fois-ci. 

3 – Dire oui à tous les projets de collaboration

Erreur que j’ai faite tant en freelance, que sur TheBBoost. Dire oui à toutes les propositions de collaborations.

Le problème, c’est qu’en faisant cela on ne valorise pas son temps. À mes débuts sur TheBBoost, j’avais tendance à tout accepter : articles invités, interviews, partenariats, collaborations … J’y voyais des opportunités, des manières d’apprendre à faire de nouvelles choses, de faire grandir ma visibilité.

Mais ce que j’ai appris très rapidement, c’est que dans la majorité des cas quelqu’un qui vous contacte pour une collaboration a plus à y gagner que vous. Ce n’est pas pour cela qu’il faut refuser les collaborations qu’on vous propose (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !), mais ce point doit vous permettre de rester toujours vigilant sur les projets que vous acceptez.

Mon astuce : quelle que soit la demande, commencez toujours par dire non (dans votre tête évidemment). Et seulement après, prenez le temps de considérer le oui.

Pour qu’un partenariat soit efficace, il doit être gagnant-gagnant. Votre temps est précieux, il mérite d’être valorisé à 200 %. 

4 – Ne pas prévoir un moment business sur sa semaine

Erreur que j’ai corrigée en novembre 2019.

Dédier un moment spécifique pour votre entreprise où vous prenez le temps de vous former, de réfléchir, etc, est primordial pour avancer. 

Le risque si on ne le fait pas : être en mode 100 % exécutant. Travailler du lundi au vendredi (et parfois même les week-ends), sans lever la tête, ne travailler que DANS son business et non pas SUR son business est une erreur. 

Travailler SUR son business, c’est enfiler sa casquette de chef d’entreprise et travailler d’un point de vue stratégique, mettre en place de nouvelles techniques, tester des choses …

Depuis novembre 2019 donc, j’ai pris la décision de consacrer une journée entière à mon business chaque semaine. Décision qui a pu me faire peur sur le moment (sérieux, un jour en moins pour travailler et générer des revenus ?) mais les résultats sont là : mon CA a décollé à partir de ce moment-là ! 

5 – Commencer par vendre des petites formations

⚠️ Cette erreur-là m’est très personnelle. Ce n’est absolument pas une règle générale. Certains recommandent même de procéder de cette manière pour développer un business. ⚠️

J’ai commencé par vendre des petites formations (Pinterest, Organisation, Blogging…) au lieu de vendre directement du coaching (qui est beaucoup plus cher mais plus formateur). Et de mon côté, je ne pense pas que c’était la meilleure stratégie.

Avec le recul, je pense que j’aurais dû faire l’inverse.

  • Petites formation et petite communauté = petites ventes ! Il est donc difficile d’être rentable.
  • Peu de connaissances du client idéal au départ. Il est donc difficile de viser suffisamment juste pour créer une formation qui se vende très bien. Le coaching (du fait qu’il soit en individuel) permet d’avoir le temps de connaître son audience de manière très intime, et ensuite de proposer une formation beaucoup plus efficace et qualitative pour les clients (car avec les coachings j’aurais eu le temps de beaucoup mieux connaître mon client idéal).

C’est une de mes erreurs business qui m’est propre. D’autres business auront intérêt à vendre de petites formations pour commencer. Mais il est important de se poser la question 😉 

6 – Ne pas faire signer de devis au début d’une mission

Une des erreurs business que j’ai faite lorsque j’étais freelance et je vous le dis les amis : même si la personne est sympa, même si c’est un ami, faites TOUJOURS signer un devis.

La raison principale est que si le devis n’est pas signé et que la personne ne vous paye pas, vous n’avez aucun recours légal possible. Un devis signé a valeur de contrat.

Pour ma part, il s’agissait d’un ami d’un ami lorsque j’étais retoucheuse. J’y suis allée en toute confiance. C’était pour un catalogue de vêtements parisiens, avec un shooting au Maroc dans une super villa … bref le projet de rêve sur papier. Mais une fois rentrée à Paris, j’ai eu beau envoyer la facture, des recommandés… Je n’ai jamais reçu de réponse. 

J’ai tenté un recours. Impossible. Sans devis, aucun moyen de prouver que j’avais bel et bien exécuté la mission et que le client était engagé avec moi.

Entre les frais de déplacement et la mission non payée… Ça m’a bien vaccinée pour ne plus jamais oublier de faire un devis.


Que vous soyez freelance, coach ou entrepreneur en ligne, vous ferez comme moi des erreurs. Une fois la douleur passée, le problème réglé, prenez toujours le temps d’en tirer des enseignements. C’est comme cela que l’on grandit ! Mes erreurss business vous ont-elles inspirés ?!

Write A Comment