La peur d’entreprendre : 7 explications et 1 solution !

22 Nov 2018

Mis à jour en février 2022.

Hello à tous les entrepreneurs ou futurs entrepreneurs qui lisent cet article : la peur d’entreprendre, vous connaissez ? Si vous êtes ici, c’est que la crainte de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale a certainement déjà frappé à votre porte (elle est passée chez la plupart d’entre nous, je vous rassure !).  

Aujourd’hui, vous allez découvrir les 7 raisons qui peuvent expliquer pourquoi vous ressentez cette crainte de sauter le pas vers l’entrepreneuriat. De l’angoisse de sortir de votre zone de confort, à un perfectionnisme à outrance, en passant par le syndrome de l’imposteur, vous saurez tout ! Et en fin d’article, je vous donnerai la méthode imparable pour vaincre votre peur d’entreprendre et enfin développer votre business. Alors, servez-vous un petit café, un thé ou un shot de vodka (ici, on ne juge pas) et installez-vous confortablement. C’est parti !

1. LA CRAINTE DE SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT POUR DEVENIR ENTREPRENEUR

Même si je ne suis pas experte en psychologie humaine, je vais vous montrer que certaines raisons expliquent clairement la peur d’entreprendre. 

La plupart du temps, la crainte de se lancer dans un projet entrepreneurial est complètement illogique et irrationnelle. Et si vous êtes honnête avec vous-même, vous le savez 😉. 

Alors, qu’est-ce qui est souvent en jeu lorsque vous ressentez une forte appréhension à sauter le pas pour entamer un projet ? C’est le fait de sortir de votre zone de confort ! Eh oui, c’est sûrement l’un des exercices les plus difficiles pour un être humain. 

C’est d’ailleurs ce qui explique que beaucoup de personnes se contentent d’une mauvaise situation qu’elles connaissent et qui fait partie de leur routine, plutôt que de plonger vers l’inconnu. Et ce, même si celui-ci a toutes les chances d’être bien meilleur que leur situation actuelle.

Si l’on remonte à la préhistoire, on peut facilement comprendre cet instinct anti « sortie de zone de confort » qui nous colle à la peau 😅. À l’époque, une fois qu’on avait trouvé une caverne pas trop horrible, mieux valait y rester. Ce choix était le plus raisonnable, même si la caverne située à l’autre bout de la vallée avait l’air plus grande (et sans bouse de TRex). 

La peur de se faire dévorer par un tigre à dents de sabre était (et est encore) complètement irrationnelle, mais terriblement humaine.

Pour revenir à nos moutons (RIP les T Rex), vous comprenez que lancer son entreprise revient clairement à décider de piétiner allègrement sa zone de confort. Là, ce n’est pas la caverne à l’autre bout de la vallée que vous visez, mais carrément un changement de continent !

Donc oui, ce cap est parfois difficile à franchir, c’est normal. Cependant, vous verrez en fin d’article qu’une solution existe et qu’elle est à la portée de tous 💪🏼.

2. L’APPRÉHENSION D’ASSUMER SEUL DES RESPONSABILITÉS 

Avoir peur d’entreprendre, c’est aussi hésiter à prendre des responsabilités qu’il faudra assumer sans compter sur personne.

Eh oui, en étant entrepreneur, indépendant, freelance… par définition, vous êtes seuls. Seuls en charge de votre petit business et de son bon fonctionnement.

Ce qui signifie que si votre activité se développe, c’est grâce à vous. Et si votre business se casse la figure… C’est aussi grâce à vous 😒. Prendre une aussi grande responsabilité professionnelle fait donc peur, car c’est un lourd poids à porter sur vos petites épaules.

Sachez que l’être humain n’aime pas trop prendre de grandes responsabilités, surtout celles qui peuvent avoir des conséquences directes sur ses revenus (et donc sur son niveau de confort).

Je pense qu’on est tous d’accord pour dire qu’il est assez confortable d’avoir un salaire fixe qui tombe tous les mois, quel que soit son niveau d’investissement dans l’activité professionnelle en question.

L’entrepreneuriat, lui, ne suit pas cette règle. Si vous êtes un peu moins productif ou un peu moins impliqué que le mois précédent, vous le ressentirez immédiatement sur votre business et sur votre chiffre d’affaires. 

3. LE SYNDROME DE L’IMPOSTEUR DE L’ENTREPRENEUR

Beaucoup d’entrepreneurs qui débutent (ou qui sont sur le point de se lancer) souffrent d’un syndrome de l’imposteur puissance 10 000 ! Donc, soyez rassurés, vous n’êtes pas seuls ❤️.

Le syndrome de l’imposteur, c’est cette petite voix qui vous dit que vous n’êtes absolument pas légitime. Cela peut ressembler à ce type de phrase qu’on se répète régulièrement, « Franchement, tu n’as pas honte de prendre de l’argent aux gens en échange de ton travail médiocre ?! Shame on you ! ».

Difficile de se lancer avec cette sale petite voix dans la tête, hein ?

Je pense vraiment que tous les entrepreneurs, quel que soit leur niveau d’expérience et d’ancienneté, expérimentent un jour le syndrome de l’imposteur. Après, avec le temps, promis ça s’atténue, et on l’apprivoise (mais ce serait vous mentir que de dire que ce syndrome disparaît complètement, à tout jamais).

4. LA PEUR DE L’ÉCHEC QUI EMPÊCHE DE SE LANCER DANS L’ENTREPRENEURIAT

La peur d’entreprendre qui nous paralyse certainement le plus est la crainte de l’échec. Je suis sûre que vous vous êtes déjà dit, « et si j’échoue ? », « si mon entreprise ne se développe pas correctement ? », « si je ne trouve pas de client ? », etc.

Derrière toutes ces interrogations, qui semblent légitimes, se cache une seconde peur bien plus profonde : la peur du jugement des autres en cas d’échec. Et en troisième position arrive la peur du jugement de soi-même si l’on ne réussit pas. C’est ce qui s’appelle du 3 en 1 😏.

La peur de passer pour un incapable, un raté, de ne pas avoir pu être à la hauteur de ses espérances et des attentes des autres peut littéralement empêcher d’entreprendre. 

Et si, comme moi, vous souffrez d’un syndrome du « papa-regarde-moi » (ou maman hein, c’est pareil), on en arrive vite à se coller une pression de dingue. 

Pour avancer, vous allez évidemment devoir travailler votre mindset d’entrepreneurs et apprendre qu’un éventuel échec (les fameux « si ») ne représente pas le naufrage de votre vie tout entière 😉. 

5. LES CROYANCES LIMITANTES COMME FAUSSES EXCUSES POUR NE PAS ENTREPRENDRE 

La peur d’entreprendre, c’est aussi le talent de se voiler la face (j’ai testé pour vous 😁).

Alors, faisons la lumière sur les principaux symptômes qui touchent l’entrepreneur, paralysé par la peur de lancer son activité professionnelle :

  • « Je n’ai pas encore mis assez d’argent de côté ».
  • « Je dois vérifier, pour la 220fois, que je suis 300 % au point sur l’ensemble de mon domaine d’activité ».
  • « Barnabé mon scarabée est mort, ce qui explique que je repousse mon lancement ! », etc.

Bref, le cerveau humain a une capacité incroyable, magique, presque miraculeuse, pour se trouver des excuses quand il n’a pas la motivation ou a peur d’entamer un projet. Et encore plus quand ce projet le fait sortir de sa zone de confort, de ce qu’il connaît.

Alors, prenez le temps de réfléchir et d’être honnête avec vous-même. Vous distinguerez assez rapidement les vraies excuses (les valides, celles qui valent la peine d’être prises en compte) de vos croyances limitantes.  

6. LE PERFECTIONNISME À OUTRANCE QUI CACHE LA PEUR D’ENTREPRENDRE

Être perfectionniste est une qualité assez discutable, surtout en entrepreneuriat où rien n’est jamais absolument parfait. 

Quant au perfectionnisme à outrance, qui touche souvent les futurs entrepreneurs, il est la plupart du temps révélateur d’une grande peur d’entreprendre :

  • « Je ne peux pas me lancer, mon logo n’est pas prêt, j’hésite encore entre la couleur aube teintée et bois rosé ».
  • « Mon business plan n’a que 400 pages, il n’est pas assez complet ».
  • « J’hésite encore pour mon nom de domaine, celui que je voulais est déjà pris ».
  • « J’attends juste le bon moment pour me lancer ». (ma phrase préférée !)

J’ai de bonnes nouvelles pour vous, vous savez quoi ? :

  • On s’en fiche, que votre logo ne soit pas prêt, car dans tous les cas il va changer 3 fois dans l’année à venir.
  • On s’en fiche, que votre nom de domaine soit déjà pris. Trouvez-en un autre, vous vous en remettrez, promis 😉.
  • On s’en fiche, que votre business plan ne soit pas parfait (je n’en ai pas fait pour me lancer et la divinité de l’entrepreneuriat ne m’a pas encore foudroyée sur place 🙂). 
  • Quant à attendre le moment parfait pour entreprendre… Laissez-moi briser vos rêves. Ce moment n’existe pas et il n’existera jamais. Il y aura TOUJOURS un petit grain de sable, une petite saute d’humeur, un petit imprévu qui viendront se glisser dans votre journée parfaite. Et c’est normal.

D’ailleurs, je vous pose la question : à quoi ressemble ce moment parfait pour enfin entreprendre tous vos projets ? Est-ce qu’il est réaliste ? Pensez-vous vraiment (dans la réalité réelle) que ce moment va arriver ? Je crois que, vous et moi, on connaît déjà la réponse 😉.

7. LES FORMATIONS À GOGO QUI EMPÊCHENT D’AVANCER

Tous les entrepreneurs passent leur temps à le répéter : la formation lorsqu’on est indépendant, c’est primordial. Et je partage mille fois cet avis !

Cependant, tomber dans l’effet inverse est traître. J’ai, en effet, rencontré plusieurs futurs entrepreneurs qui courraient désespérément de formation en formation sans répit, à une vitesse folle.

Je pense que vous voyez le problème. Vous pouvez essayer de vous rassurer en enchaînant mille et une formations à la suite les unes des autres, mais elles ne vous serviront à rien… si vous ne les mettez pas en pratique !

À quoi ça sert d’apprendre des méthodes et des techniques incroyables si vous ne vous en servez jamais ?

Une formation vous donne un système, une méthode pour réaliser des objectifs. Mais une formation ne valide pas votre projet professionnel. Vous ne vous réveillez pas un beau matin, avec une révélation (et une lumière divine dans votre chambre) en vous disant « ça y est, je suis prêt à me lancer ».

Alors, faites-vous confiance en premier lieu, et achetez vos formations au fur et à mesure, en fonction de vos besoins du moment.

LA MÉTHODE INFAILLIBLE POUR VAINCRE LA PEUR D’ENTREPRENDRE

Je dois vous révéler quelque chose : CE N’EST PAS GRAVE ! Eh oui, avoir peur d’entreprendre est tout à fait normal, humain, compréhensible, tout ça tout ça 🙂 (l’homme des cavernes, vous vous rappelez ?). 

Vous devez juste en prendre conscience et arrêter de vous mentir et de vous cacher derrière de fausses excuses.  

Ensuite, appliquez la méthode infaillible pour vous débarrasser à tout jamais de la peur d’entreprendre : lancez-vous, tout sim-ple-ment !

Vous pouvez écouter tous les podcasts du monde, lire tous les livres de la terre, enchaîner toutes les formations de l’univers, interviewer tous les entrepreneurs les plus célèbres… Pour dépasser la peur d’entrepreneur, vous devez passer à l’action.

Bien sûr que vous allez faire des erreurs. Bien sûr que vous allez essuyer des échecs, c’est évident, car ça fait partie du jeu. Mais vous allez en tirer des leçons précieuses qui vous suivront durant toute votre belle aventure entrepreneuriale 🥰.

Vouloir devenir entrepreneur, c’est un choix de vie et, une fois que vous avez sauté le pas, votre liberté surplombe toutes les peurs.

Et au pire quoi ? Quel est le PIRE scénario ? Quelle est la pire chose qui puisse vous arriver ? Quel est le pire cas de figure si vous vous lancez, là maintenant tout de suite ?

Eh bien je vous donne la réponse : vous êtes auto-entrepreneur, vous décidez d’arrêter votre activité et vous fermez votre entreprise. Basta. 

Envisagez réellement le pire, et demandez-vous ce que vous feriez si cette « chose » arrivait. Vous constaterez que, dans la plupart des cas, votre scénario catastrophe n’est pas si apocalyptique que ça 😉.


Comment vaincre votre peur d’entreprendre ? Commencez par repérer la ou les raisons qui vous empêchent d’entamer votre projet. Est-ce que vous avez peur de sortir de votre zone de confort? Êtes-vous touché par le syndrome de l’imposteur ? Est-ce que cette 50e formation que vous vous apprêtez à acheter est vraiment essentielle ? Pour trouver la réponse à ces questions, vous devez évidemment vous montrer très honnête avec vous-même. Ensuite, lancez-vous, suivez votre envie et votre intuition. Et une fois que vous êtes passés à l’action, si des craintes subsistent, n’hésitez pas à vérifier que vous n’êtes pas touchés par… la peur de réussir (eh oui, ça existe !).

Vous aimerez également

Comment bien s’associer ? Julia et Julie de « I don’t think I feel » vous donnent 5 précieux conseils

Comment bien s’associer ? Julia et Julie de « I don’t think I feel » vous donnent 5 précieux conseils
Laissez-nous un petit commentaire 🍪

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. Il y a aussi la peur de s’afficher ! Quand tu ouvres un blog et que tu partages une partie de ta personnalité voir toute ta personnalité, tu t’exposes à la vue de tout le monde ^^. J’ai longtemps hésité avant d’ouvrir un blog, et finalement je ne regrette absolument pas ! J’adore écrire, partager, lire et répondre aux commentaires 🙂 c’est une aventure géniale !

    1. C’est vrai que ça existe aussi comme peur ! Pas toujours facile de s’exposer (et donc par définition de devenir un possible punching ball 😂). Mais jusqu’ici je remarque surtout beaucoup de bienveillance, le blogging c’est une belle découverte 😍

  2. Merci merci tu ma fait rendre compte de mon perfectionnisme maladifff!! Je ne le voyais pas comme une peur de se lancer …Jai bien culpabiliser 😂thanks!

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}