Peur de te lancer et de créer ton entreprise ? Tu devrais lire ça 😜 ! www.thebboost.fr #entreprendre #autoentrepreneur #freelance #girlboss

VAINCRE SA PEUR DE SE LANCER

Hello à tous les futurs entrepreneurs qui liront cet article ! Il a été écrit spécialement pour vous, et pour vous parler de cette fameuse peur que vous avez sûrement. J’ai nommé la peur de se lancer.

La peur de croire en la réussite de votre projet.

Celle de faire le premier pas vers vos objectifs.

Rassurez-vous cette peur est tout à fait normale ET il existe un moyen imparable (et secret, une technique de ninja dont personne ne se doute) pour y mettre fin. Je vous révèle cette technique magique à la toute fin de cet article.

Alors allez vous servir un café ou un thé (ou un shot de vodka, ici on juge pas) et installez-vous confortablement. Je vous dévoile tout.

POURQUOI A-T-ON PEUR DE SE LANCER

Je vous préviens, je ne suis pas prof de psychologie humaine ou quoi.

Mais il y a des raisons qui me paraissent évidentes qui justifient cette terreur (complètement illogique) d’un futur entrepreneur qui s’apprête à se lancer.

La peur de sortir de sa zone de confort 

Sortir de sa zone de confort est sûrement l’un des exercices les plus difficiles pour un être humain. Ce qui explique que beaucoup de personnes se contentent d’une situation merdique (mais qu’ils connaissent, qui fait partie de leur routine) plutôt que de plonger vers un inconnu, même si celui-ci a toutes les chances d’être meilleur.

Si on remonte à la préhistoire on peut facilement comprendre cet instinct anti « sortie de zone de confort ». Une fois qu’on a trouvé une caverne pas trop dégueulasse, mieux vaut y rester. Et même si la caverne à l’autre bout de la vallée a l’air plus grande (et sans bouse de T-Rex) va savoir ce qui s’y cache. Non, vaut mieux rester dans la première caverne.

Complètement irrationnel, mais terriblement humain.

Et comment vous dire qu’en matière d’entrepreneuriat, décider de lancer son petit business revient à piétiner allègrement sa zone de confort, lui faire un gros doigt et l’envoyer valser le plus loin possible (en gros là c’est plus la caverne à l’autre bout de la vallée que vous visez, mais un changement de continent).

Donc oui, c’est très difficile à franchir comme cap.

[ À lire aussi : 13 manières de sortir de sa zone de confort ]

La peur de prendre ses responsabilités, et de les assumer

Avoir peur de se lancer dans l’entrepreneuriat c’est aussi avoir peur de prendre ses responsabilités, puis de devoir les assumer.

En étant entrepreneur, indépendant, freelance, par définition vous êtes seul. Seul en charge de votre petit business, et de son bon fonctionnement.

Ce qui signifie que que si ça fonctionne, c’est grâce à vous.

Si ça se pète la gueule, c’est grâce à vous aussi.

Et cette responsabilité à prendre, c’est beaucoup, c’est un lourd poids sur vos petites épaules, et ça fait très peur.

L’être humain n’aime pas trop les grosses responsabilités, surtout celles qui ont des conséquences directes sur ses revenus financiers (et donc son niveau de confort).

Je ne vous le fait pas dire : il est tellement confortable et « facile » d’avoir un salaire fixe qui tombe tous les mois, quelque que soit son niveau d’investissement dans son travail !

L’entrepreneuriat ne suit pas ces règles : si on est moins productif, moins impliqué cela se ressent immédiatement sur notre business, et notre chiffre d’affaire.

Et cet aspect là n’est pas toujours facile à mettre en place.

(aussi simple que ça)

Le syndrome de l’imposteur

Beaucoup d’entrepreneurs qui débutent (ou sont sur le point de se lancer) souffrent d’un syndrome de l’imposteur puissance 10000.

Le syndrome de l’imposteur c’est cette petite voix qui vous dit que vous n’êtes absolument pas légimite dans ce que vous faites, et que « franchement, t’as pas honte de prendre de l’argent aux gens en échange de ton travail ! Shame on you ! »

Difficile de se lancer avec cette sale petite voix dans la tête hein ?

Bon, si je dois être parfaitement honnête, TOUS les entrepreneurs, quelque soit leur niveau d’expérience et d’ancienneté, expérimentent le syndrome de l’imposteur. Après avec le temps ça s’atténue, et on l’apprivoise (mais ce serait vous mentir que de dire qu’il disparaît complètement).

[ À lire aussi : Combattre le syndrome de l’imposteur en 5 étapes ]

La peur de l’échec

C’est sûrement la peur de se lancer qui nous paralyse le plus. Qui a le plus de pression sur nous.

« Et si j’échoue ? »

« Si mon entreprise ne décolle pas ? »

« Et si je ne trouve pas de client ? »

Et derrière toutes ces questions, qui sont légitimes, se cache une autre peur encore plus profonde.

La peur du jugement des autres en cas d’échec. Et la peur du jugement de soi-même si on ne réussit pas.

La peur de passer pour un incapable, un raté, de ne pas avoir pu être à la hauteur de ses espérances, et des espérances des autres.

Et si comme moi vous souffrez d’un syndrome du « papa-regarde-moi » (ou maman hein, c’est pareil), on en arrive vite à se coller une pression de dingue. À avoir l’impression qu’un échec signifie l’échec de notre vie entière, de notre carrière, de tout. Apocalypse nous voilà.

(crois-moi, dans la vie y’a des trucs beaucoup plus flippants que l’échec. Comme Chucky par exemple)

LES SYMPTÔMES DE LA PEUR DE SE LANCER

Bon, on vient de voir pourquoi cette peur de se lancer existe.

Mais saviez-vous qu’il y a des symptômes très particuliers de cette maladie (pas contagieuse mais très collante) ?

Peut être même que vous souffrez de cette peur de vous lancer mais que vous vous voilez la face vous ne le savez même pas !

Alors faisons la lumière sur les symptômes principaux qui touchent l’entrepreneur, paralysé par la peur de se lancer.

Symptôme n° 1 : Se cacher derrière des excuses 

« Non mais j’ai pas assez d’argent. »

« Il fait froid, c’est l’hiver, je me lancerai plutôt au printemps. »

« Barnabé mon scarabée est mort, je suis en deuil. Je repousse mon lancement. »

Le cerveau humain a une capacité incroyable, magique (miraculeuse presque) pour se trouver des excuses quand il n’a pas envie de faire quelque chose. Et encore plus quand ce quelque chose le fait sortir de sa zone de confort, de ce qu’il connaît.

Alors comment distinguer les vraies excuses (les valides, celles qui valent la peine d’être prises en compte) des fausses ? Prenez le temps de réfléchir et d’être honnête vis à vis de vous même.

Qu’est ce que vous risquez VRAIMENT à vous lancer ?

Symptôme n°2 : Faire preuve d’un perfectionnisme maladif

« Je peux pas me lancer mon logo est pas prêt, j’hésite encore entre la couleur aube teintée et bois rosé. »

« Mon business plan n’a que 300 pages, il n’est pas assez complet. »

« J’hésite encore pour mon nom de domaine, celui que je voulais est déjà pris. »

« J’attends le bon moment pour me lancer. » (ma phrase préférée)

Être perfectionniste est une qualité assez discutable (surtout en entrepreneuriat où rien n’est jamais parfait). Mais le perfectionnisme maladif qui touche un jeune futur entrepreneur est souvent révélateur d’une peur panique de se lancer.

Vous savez quoi ? On s’en fout que votre logo ne soit pas prêt (dans tous les cas il va changer 3 fois dans l’année à venir).

Que votre nom de domaine fétiche soit déjà pris (trouvez-en un autre, vous vous en remettrez, promis).

On s’en fout que votre business plan ne soit pas terminé (ps : j’en ai jamais fait et la divinité de l’entrepreneuriat ne m’a jamais foudroyée sur place).

Quant à attendre le moment parfait pour se lancer … Laissez moi casser le délire tout de suite. Ce moment n’existe pas. Et il n’existera jamais. Il y aura TOUJOURS un petit grain de sable, une petite saute d’humeur, un petit imprévu qui viendront se glisser dans votre journée parfaite.

D’ailleurs je vous pose la question : à quoi ressemble ce moment parfait pour vous lancer ? Est-ce qu’il est réaliste ? Pensez-vous réellement (dans la réalité réelle) que ce moment va arriver ?

(la seule perfection tolérée en ce bas monde. Merci de ne pas me juger 😂)

Symptôme n°3 : Se noyer sous les formations

Tous les entrepreneurs passent leur temps à le répéter. La formation, lorsqu’on est indépendant c’est primordial. Vital même (et je partage mille fois cet avis).

[ À lire aussi : Entrepreneurs, comment continuer à se former ]

Mais tomber dans l’effet inverse est tout aussi traître.

J’ai en effet rencontré plusieurs futurs entrepreneurs qui courraient désespérément les formations, les enchaînant sans répit à une vitesse folle.

Je pense que vous voyez le problème. Vous pouvez bien enquiller toutes les formations que vous voulez, elles ne serviront à rien … si vous ne les mettez pas en action !

A quoi ça sert d’apprendre des méthodes, des techniques incroyables si vous ne passez pas à l’action derrière ?

Une formation vous donne un système, une méthode pour réaliser quelque chose.

Mais jamais une formation ne validera votre projet. Vous ne vous réveillerez pas un beau matin, avec une révélation (et une lumière divine dans votre chambre) en vous disant « ça y est, je suis prêt à me lancer ».

Alors faites-vous confiance en premier lieu, et n’achetez vos formations qu’au fur et à mesure, pour résoudre un problème précis que vous rencontrez.

LA MÉTHODE INFAILLIBLE POUR VAINCRE LA PEUR DE SE LANCER

Bon les amis, maintenant que je vous ai bien fait peur (ou culpabiliser, au choix), il est l’heure pour moi de vous dire ceci.

CE N’EST PAS GRAVE.

Avoir peur de se lancer c’est tout à fait normal (humain, compréhensible, histoire de caverne, toussa).

Il suffit juste d’en prendre conscience. D’arrêter de se mentir à soi-même et de se cacher derrière des excuses.

Et d’appliquer la recette miracle.

Vous voulez la connaître cette recette miracle ? Et bien je vous la donne ici, maintenant, gratuitement.

Pour se débarrasser à tout jamais de la peur de se lancer, la méthode infaillible est la suivante :

Lancez-vous, tout simplement.

Faites le pas, lancez-vous, et vous n’aurez plus cette peur (logique en même temps …).

Vous pouvez écouter tous les podcasts du monde, lire tous les livres, enchaîner toutes les formations, interviewer tous les entrepreneurs les plus célèbres. Il vous diront tous la même chose.

Il suffit de le faire, de se lancer.

Bien sûr que vous allez faire des erreurs. Bien sûr que vous allez essuyer des échecs, ça fait partie du jeu. C’est évident. Mais vous aller en tirer des leçons précieuses qui vous suivront toute votre vie entrepreneuriale.

Vouloir devenir entrepreneur c’est un choix de vie, de liberté. Et généralement cette envie surplombe toutes les autres, et efface tous les freins que l’on peut se mettre.

(voilà, tout est dit)

Et au pire quoi ?

J’ajouterai même ceci : et au pire quoi ?

Quel est le PIRE scénario ? La pire chose qui puisse arriver ? Le pire cas de figure ?

Mettons que vous vous lancez, que risquez-vous vraiment ?

Vous êtes auto entrepreneur ? Et bien vous arrêtez et fermez votre entreprise, basta.

Vous avez une société ? Le coût de fermeture est de 2000€. Certes c’est une somme, mais c’est loin d’être le coût d’un prêt immobilier ou étudiant. Vous les retrouverez, ces 2000€.

Envisagez le pire, et demandez-vous, si ça vous arrivait, ce que vous feriez.

Et vous constaterez que dans la plupart des cas, le scénario catastrophe n’est pas si apocalyptique que ça.


En résumé :

Le meilleur conseil qu’on pourra jamais vous donner c’est celui-ci : lancez-vous, testez l’aventure. Suivez votre envie, votre intuition.

Et au pire quoi ?

2 Comments

  1. Il y a aussi la peur de s’afficher ! Quand tu ouvres un blog et que tu partages une partie de ta personnalité voir toute ta personnalité, tu t’exposes à la vue de tout le monde ^^. J’ai longtemps hésité avant d’ouvrir un blog, et finalement je ne regrette absolument pas ! J’adore écrire, partager, lire et répondre aux commentaires 🙂 c’est une aventure géniale !

    • C’est vrai que ça existe aussi comme peur ! Pas toujours facile de s’exposer (et donc par définition de devenir un possible punching ball 😂). Mais jusqu’ici je remarque surtout beaucoup de bienveillance, le blogging c’est une belle découverte 😍

Write A Comment