Aujourd’hui, on combat les croyances limitantes. Vous savez, les fameuses phrases comme « je n’ai pas le temps, je ne sais pas me vendre, je ne vais pas y arriver ». Il en existe des dizaines. Ça vous parle ? Vous aussi vous êtes victimes de ces blocages intérieurs, de ces pensées négatives ? Ces fausses convictions peuvent rapidement devenir un véritable frein pour votre vie personnelle et professionnelle. Alors, on va faire la fête à 8 croyances limitantes que je rencontre régulièrement.

Vous allez voir comment les identifier et vous en libérer pour réussir à aller de l’avant. Je souhaite vous aider à repérer certains blocages, en toute bienveillance. Cependant, gardez en tête que progresser passe parfois par un peu d’inconfort. Mon but est que vous puissiez retrouver de l’énergie et de la motivation pour passer à l’action.

QU’EST-CE QUE LES CROYANCES LIMITANTES ? 

Pour que vous puissiez identifier vos croyances limitantes et vous en débarrasser, il est nécessaire que vous compreniez de quoi il s’agit : 

  • Votre vécu, vos expériences, vos peurs vous font élaborer de fausses pensées négatives sur vos capacités ou vos projets.
  • Votre entourage participe parfois au phénomène en projetant ses propres croyances limitantes et craintes sur vous.
  • Au fil du temps, vous prenez ces fausses croyances pour des vérités qui viennent parasiter votre esprit
  • Vous vous servez, inconsciemment, de ces croyances limitantes pour vous mettre des freins, des limites dans votre vie personnelle et professionnelle.
  • Ces perceptions erronées créent en vous des schémas récurrents, des blocages qui vous empêchent de progresser.
  • Ces croyances limitantes sont une sorte de cercle vicieux. Elles peuvent vous mener à l’autosabotage de vos projets, de votre business, etc.

AVOIR PEUR DE MAL FAIRE : LA 1RE DES CROYANCES LIMITANTES 

Quelle est l’origine de cette peur ?

La crainte de mal faire vient, en grande partie, du système éducatif qui nous a appris à « bien faire les choses » : exercices corrigés en fonction d’un résultat juste ou faux, obligation de rentrer dans des cases pour réussir, etc.

Dans les premiers mois de votre aventure entrepreneuriale, il se peut que vous cherchiez, inlassablement, à avoir de nouveau un 20/20. Cette attente génère parfois de la frustration et de la peur.

Comment se libérer de cette fausse croyance ?

J’ai une bonne nouvelle pour vous : l’école est finie ! Dans le monde de l’entrepreneuriat, il n’y a pas de bonnes ou mauvaises manières de faire. 

Il existe des plans d’action, comme celui que je vous propose avec le programme de la BSB Académie, avec lequel :

  • Vous gagnez du temps
  • Vous allégez votre charge mentale
  • Vous avez des résultats plus rapidement.

Cependant, ce n’est pas parce que vous ne suivez pas ce type de programme que vous avez « faux ». 

Sachez que les échecs vous aident à progresser. Il y a autant de manières de réussir que d’entrepreneurs sur cette planète.

CRAINDRE LA RÉUSSITE : LA CROYANCE BLOQUANTE QUI MÈNE À L’AUTOSABOTAGE

Qu’est-ce que la peur de la réussite ?

La majorité des entrepreneurs (moi y compris) passe par ce sentiment de peur de la réussite :

  • Vous avez peur d’être dépassé en termes de charge de travail
  • Vous craignez d’augmenter votre charge mentale et d’avoir trop de pression
  • Vous anticipez le fait de ne pas supporter le jugement des autres, etc.

Ces croyances limitantes peuvent vous pousser à saboter votre travail plus ou moins consciemment. 

Peu d’entrepreneurs parlent de cette peur qui est un tabou. En effet, il n’est pas simple de dire qu’on a peur de réussir, car la réussite est vue comme quelque chose de positif. 

Comment se débarrasser de cette croyance bloquante ? 

Imaginez que Beyoncé repartage un de vos posts Instagram. En vous réveillant, vous avez des milliers de messages en attente de réponses (respirez, c’est « pour de faux » 😉). 

Eh bien, même dans cette situation, vous pouvez surmonter votre peur de réussir, car vous êtes maître de votre business :

  • Vous pouvez ralentir ou accélérer
  • Vous pouvez tout arrêter quand vous le souhaitez
  • Bref, c’est vous le patron !

« Aline, je ne fais rien dans mon business parce que j’ai peur que ça marche trop bien demain ». Lorsque j’entends ça, je procède à un petit bottage de fesses bienveillant 😄 → Arrêtez de vous inventer des problèmes qui n’existent pas et n’existeront peut-être jamais. Foncez !

ATTENDRE LE BON MOMENT : LA FAUSSE CONVICTION 

Pourquoi est-ce une fausse croyance ?

Si vous attendez le bon moment pour passer à l’action, c’est comme si vous attendiez que le prince charmant débarque sur son cheval blanc. C’est possible, certes, mais la probabilité est faible. 

Comment cesser d’être bloqué par cette pensée ?

D’expérience, ce n’est jamais le bon moment en business. Si vous attendez l’instant parfait, sachez que :

  • Vous faites de la procrastination active
  • Vous vous trouvez des excuses pour ne pas sortir de votre zone de confort. 

Voici une astuce qui m’aide lorsque, moi aussi, je procrastine activement 😅 Posez-vous la question suivante, « si je ne prends pas cette décision maintenant, est-ce que je vais le regretter dans six mois ? ».

Si la réponse est oui, alors votre décision est liée à des croyances limitantes.

AVOIR PEUR DE MANQUER D’EXPERTISE : UN DES PRINCIPAUX OBSTACLES PSYCHOLOGIQUES

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur, c’est penser qu’on n’est pas assez légitime et expert pour entreprendre. Du coup, on attend le bon moment (ça vous dit quelque chose ? 😏).

Comment stopper cette croyance limitante ?

Personne ne vous demande d’être mieux que tout le monde. 

Nouvel exemple avec votre amie Beyoncé. Pensez-vous qu’avant de débuter sa carrière elle s’est dit, « je ne vais pas chanter, car Mozart et Beethoven ont déjà tout fait en termes de musique » ? Croyez-vous qu’à l’inverse Beyoncé ait pensé, « je suis mieux que ces 2 génies alors je peux me lancer, je suis crédible » ? La réponse est non. Elle s’est juste lancée !

Pour commencer votre activité, vous n’avez pas besoin de réinventer la roue. Vous êtes exactement ce dont le monde a besoin (aussi inspirante soit-elle, je vous interdis de vous faire tatouer cette phrase sur le mollet 😂). 

Alors, apportez votre pierre à l’édifice, votre couleur à la palette déjà existante, grâce à votre parcours, votre expérience, votre personnalité et vos valeurs.

ATTENDRE QUE TOUT SOIT PARFAIT POUR ENTREPRENDRE : UNE DES PLUS GRANDES CROYANCES LIMITANTES 

Qu’est-ce que le perfectionnisme ?

Qui est perfectionniste et pense que tout doit être parfait pour continuer à construire son business ? Là encore, je suis désolée, mais je vais casser un mythe : le perfectionnisme est aussi de la procrastination active (vous faites plein de choses, sauf la tâche que vous devriez faire).

Comment passer à l’action ? 

Je vous donne deux phrases qui m’aident beaucoup : « mieux vaut fait que parfait » et « préférez viser l’excellence que la perfection ».

La perfection, c’est le « parfait » et ça n’existe pas. Alors, visez l’excellence en faisant de votre mieux, en vous donnant au maximum.

ÊTRE PERSUADÉ QUE C’EST COMPLIQUÉ : LA CROYANCE IRRATIONNELLE QUI BLOQUE LE DÉVELOPPEMENT D’UN BUSINESS

Comment détecter cette pensée limitante ?

Voici la phrase type, « développer un business, c’est compliqué et ça prend du temps ».

Je comprends que, parfois, vous puissiez vous sentir découragé avant l’heure, parce que vous avez l’impression qu’un business qui fonctionne, c’est extrêmement énergivore et chronophage. 

D’ailleurs, je ne suis pas le meilleur modèle à suivre. Je fais des horaires à rallonge et je n’ai pas beaucoup de jours off.  

Cependant, je vous rassure : non, ce n’est pas compliqué ni chronophage de développer votre business et d’être rentable. 

Comment vaincre cette fausse conviction ? 

Vous pouvez booster votre chiffre d’affaires, comme Geneviève Gauvin. Cette business coach travaille entre 15 et 25 heures par semaine tout en développant son entreprise. 

C’est à vous d’inventer les règles de votre réussite. 

NE PAS SAVOIR SE VENDRE : LA FAUSSE CROYANCE À COMBATTRE

D’où vient cette croyance limitante ? 

J’entends régulièrement, « je ne sais pas me vendre ». C’est d’ailleurs surtout le cas (sans faire de généralités) des professions du bien-être : coach, sophrologue, etc. 

Vous pensez ne pas être doué en marketing ? Sachez qu’il est normal que parler de vous et de vos offres vous fasse peur. 

La solution pour stopper cette fausse pensée négative

Première bonne nouvelle : vous pouvez vendre, et même vous vendre en tant qu’expert en étant authentique et rentable. 

Deuxième bonne nouvelle : personne ne naît avec le gène du marketing. Ça s’apprend, comme vous pourriez apprendre une langue étrangère. C’est même plus simple qu’il n’y paraît. 

CROIRE LES PENSÉES NÉGATIVES DE L’ENTOURAGE : LA 8E DES CROYANCES LIMITANTES LES PLUS FRÉQUENTES

Pourquoi l’entourage peut-il ancrer en nous une croyance limitante ?

« Je sais que je ne vais pas y arriver parce que tout le monde me le dit ». 

Vous pouvez avoir un entourage bienveillant, mais qui voit votre projet à travers sa vision de la réalité. Ces personnes ont donc l’impression que vos ambitions ne sont pas réalisables. Cela peut ralentir votre progression. 

Comment se libérer de croyances négatives

Entourez-vous de personnes positives, inspirantes, et si possible, qui ont déjà réussi là où vous voulez entreprendre. 

Je sais que vous vous dites, « mais Aline, personne n’est entrepreneur dans mon entourage ». Alors, choisissez des mentors, dont vous admirez le parcours. Regardez et lisez leur contenu. Inspirez-vous de leur positivité.

Vous pouvez aussi vous trouver un business friend avec qui échanger. Faites des stories Instagram ou contactez directement les personnes dont l’énergie vous plaît. Ne restez pas seul.


Vous venez de voir comment repérer et vous débarrasser des huit croyances limitantes qui, selon moi, vous empêchent de progresser en business. La peur de mal faire, la peur de la réussite, l’attente du bon moment, la crainte d’un manque de crédibilité, l’attente de la perfection, le manque de temps, l’impossibilité de vendre son savoir-faire, les peurs de son entourage.

Il existe évidemment beaucoup d’autres pensées bloquantes inconscientes. N’hésitez pas à partager en commentaire ce qui a résonné en vous. Je serai ravie de vous lire.

 

Write A Comment