Envie de devenir auto entrepreneur ? Voici pourquoi tu devrais attendre 2019 pour t'inscrire ! www.thebboost.fr #autoentrepreneur #freelance #entrepreneur #2019

AUTO ENTREPRENEUR EN 2019 : CE QUI VA CHANGER, CE QUI VA RESTER

Hello la #teamboostée !

Je n’avais pas prévu de faire cet article tout de suite mais je reçois BEAUCOUP de questions à ce sujet (et je comprends que cela devienne un peu pressant de votre côté) alors nous y voilà !

Vous avez pris votre décision … c’est bon vous êtes prêts et vous ne reculerez plus ! L’indépendance vous tend les bras … VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR !!!

Déjà félicitations, non mais vraiment félicitations. Vous ne le regretterez pas c’est promis. Perso, ça a été la meilleure décision que j’ai prise de toute ma life. EVER (vous noterez mon bilinguisme qui ressort).

Cependant en bonne copine, permettez-moi de mettre un petit peu le holà et de vous faire un petit point sur l’inscription en tant qu’auto-entrepreneur, et surtout pourquoi je vous conseille vivement d’attendre Janvier 2019 pour vous inscrire.

Vous avez quand même envie de vous occuper d’ici Janvier ? Rejoignez le challenge #ObjectifEntrepreneur et montez un business en béton en attendant sagement de devenir auto-entrepreneur en 2019. Toutes les semaines, une nouvelle étape à suivre dans votre boîte mail :

Disclamer : tous les points cités ci-dessous sont ceux qui ont été annoncés par l’administration au début de l’année 2018. Cependant TOUT est encore susceptible de changer, tant que la loi Finances 2019 n’aura pas été votée (certainement vers fin décembre, l’administration française est trop bien faite).

 

AUTOENTREPRENEUR EN 2019 : CE QUI VA CHANGER

Vous en aurez peut être entendu parler, le statut d’auto-entrepreneur a fait l’objet de beaucoup de réformes ces 2 dernières années (dont la principale est la disparition du RSI il était pas trop tôt). Voici un petit récapitulatif de ce que veut dire devenir auto-entrepreneur en 2019 :

Adieu RSI, coucou la SSI !

Le RSI (Régime Social des Indépendant) a une réputation désastreuse. Comment vous dire simplement … c’était juste la grosse m****. Encore pire que le service des impôts, le chômage et les allocs réunies, si vous voyez ce que je veux dire.

En 2020, le RSI n’existera tout bonnement plus. La SSI (Sécurité Sociale des Indépendants) aura pris le relai, et les entrepreneurs seront directement reliés à la CPAM (Caisse Primaire de l’Assurance Maladie), comme le reste de la population française.

Concrètement, qu’est-ce que ça signifie pour vous ? En devenant auto-entrepreneur en 2019, vous resterez sous le même régime de sécurité sociale qu’actuellement (la CPAM donc).

Aussi simple que ça (et rien que pour ce point, ça vaut la peine d’attendre pour faire partie du cru 2019).

(moi quand j’ai découvert que c’était enfin la fin du RSI)

 

L’inscription en ligne sera simplifiée

Je ne sais pas si (par curiosité, on s’occupe comme on peut) vous êtes déjà allés voir le site dédié à l’inscription des auto-entrepreneurs : lautoentrepreneur.fr (ps : qu’on le dise une bonne fois pour toutes, c’est le SEUL site référent pour s’inscrire. Les autres vous demanderont de payer, et ne sont que des entreprises tierces n’ayant rien à voir avec l’Etat).

Ce site est … comment dire … pas très très ergonomique, ni intuitif (coucou les années 2000). Heureusement, une énorme mise à jour pour plus de simplicité est prévue pour le début de l’année 2019. Youpi !

Pas de cotisations sociales pendant la première année (et dégressives pour les 2 années suivantes)

OUI, VOUS M’AVEZ BIEN LUE ! Devenir auto-entrepreneur en 2019 signifiera être exonéré de cotisations sociales pendant la première année d’activité. PAS DE COTISATIONS PENDANT 1 ANS !!

Ce truc est juste énorme.

Et même encore mieux : les 2 années suivantes, le taux de cotisations sera progressif, c’est à dire que vous ne paierez pas vos cotisations plein pot pendant 3 longues années (elle est pas belle la vie ?).

NB : Pour ceux qui deviendront auto-entrepreneur en 2019, les taux de cotisations pour la 2e et la 3e année ne sont pas encore connus.

Un petit bémol cependant : cette exonération est valide en dessous de 30 000€ de chiffre d’affaire. Si vous faites un peu plus (entre 30 000€ et 40 000€) un taux dégressif sera appliqué, ce qui est quand même un énorme avantage comparé aux taux actuels.

Plus de 40 000€ ? Pas de coup de pouce mais avec un tel chiffre d’affaire, c’est que vous n’en avez plus besoin. 😎

Plus de CFE en dessous de 5 000€ de CA

Si vous avez lu un de mes tous premiers articles sur les erreurs à ne pas faire quand on se lance comme auto-entrepreneur, vous savez que le paiement de la Cotisation Foncière des Entreprises (répondant aussi au doux nom de CFE) nous tombe dessus un peu à l’improviste : personne ne sait que ça existe, personne n’en parle, et un beau jour elle s’invite dans notre boîte aux lettres sous forme de rappel avec majoration à l’appui (toute ressemblance avec des faits réels ou ayant existés ne peut être que fortuite)

Et bien dans la série des bonnes nouvelles financières, la CFE sera supprimée pour tous les auto-entrepreneurs en 2019 réalisant un chiffre d’affaire de moins de 5 000€.

[A lire aussi : Auto entrepreneur et CFE : tout ce qu’il faut savoir]

Impôts : passage au prélèvement à la source (PAS)

Pareil que pour tous les français, le passage au PAS des impôts n’épargnera pas les auto-entrepreneurs en 2019.

Si vous êtes déjà auto-entrepreneur :

Le prélèvement à la source se fera tous les mois, sur une estimation faite selon vos revenus de l’année 2017 (une régularisation en Septembre 2018 est prévue en fonction de votre déclaration d’impôts 2018).

Si vous devenez auto-entrepreneur en 2019 :

Vous aurez le choix entre 2 options :

  • Verser un acompte dès l’année de création de votre activité en faisant une estimation de votre chiffre d’affaire.
  • Attendre le mois de Septembre 2019 la liquidation définitive de l’impôt.

Les congés maternités évoluent

De même que la sécurité sociale des nouveaux auto-entrepreneurs en 2019 restera la même que pour les salariés, les congés maternités seront eux-aussi revus pour se calquer sur ceux du régime général. Un peu d’égalité dans ce bas monde.

(tous ces changements incroyables … c’est juste too much pour moi !) 

 

AUTO-ENTREPRENEUR EN 2019 : CE QUI NE CHANGERA PAS

Toutes ces nouveautés vont donc plutôt dans le bon sens !

Cependant certains points ne changeront pas, et il vous faudra être bien vigilants dessus :

Le compte bancaire dédié reste obligatoire

Et oui, restons réalistes un moment et soyons organisés : devenir auto-entrepreneur en 2019 va vous permettre de lancer votre petite entreprise. Et votre activité, comme toute activité professionnelle, devra obligatoirement bénéficier d’un compte bancaire à part sur lequel vous toucherez vos bénéfices, encaisserez vos factures, etc.

Cela permet aux impôts de connaître vos revenus, et à vous de pouvoir les justifier en cas de contrôle. Tout le monde est content.

NB : Ce compte dédié peut très bien être un compte courant basique. Il n’existe AUCUNE obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel  (malgré ce que votre banquier voudra bien vous raconter).

✨UPDATE DU 29/09/18 ✨Dans le projet de loi actuellement en discussion, il est proposé que le compte bancaire dédié ne soit plus obligatoire pour les auto-entrepreneurs dont le chiffre d’affaire annuel ne dépassera pas 5000€. Affaire à suivre donc 🤓

Le SPI pour les artisans

Si votre activité relève de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) (ne vous inquiétez pas, cela vous sera précisé lors de votre inscription), vous serez alors dans l’obligation d’effectuer le SPI (Stage de Préparation à l’Installation). C’est un stage de quelques jours (4 ou 5 selon les régions) payant, mais pouvant être pris en charge par Pôle-Emploi si vous êtes chômeur.

Oui c’est pénible. Mais pour l’avoir effectué, on y apprend beaucoup d’informations très utiles sur le bon fonctionnement de votre activité (surtout au niveau des aides, des impôts, des déclarations, etc.).

NB : des dispenses de SPI sont cependant prévues dans les cas suivants :

  • être titulaire d’un diplôme homologué niveau III (licence) dans un domaine comprenant un enseignement en économie ou comptabilité.
  • Avoir déjà un Brevet de Maîtrise délivré par une CMA
  • Être immatriculé au RCS ou à la CMA depuis plus de 3 ans
  • Être indépendant depuis plus de 3 ans
✨UPDATE DU 29/09/18 ✨Le SPI pourrait ne plus être obligatoire pour les artisans. Il resterait tout de même disponible (et plafonné à un coût de 194€) pour ceux qui souhaiteraient en bénéficier à un moment ou à un autre. Pour l’avoir réalisé en « candidate libre », je ne peux que vous le recommander : on y apprend beaucoup d’informations très utiles sur les aides, les obligations légales et fiscales, la manière de gérer une entreprise …

L’assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) pour certaines activités :

Je croise encore trop peu d’auto-entrepreneurs au courant mais … Certains auto-entrepreneurs, selon leur domaine d’activité, doivent obligatoirement avoir souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle. Alors pensez-y.

Comment savoir si votre activité est concernée par cette obligation ? Le plus simple est de contacter directement votre assureur et de lui poser la question, car il n’existe pas de liste officielle. Cependant, notez qu’une RCP est souvent plus que recommandée. 

De manière générale votre RCP couvrira : les dommages corporels, les dommages matériels, et les erreurs de votre part qui pourraient engendrer une perte financière pour votre client.

De manière globale je vous conseille de souscrire à une RCP si :

  • Vous travaillez en dehors de chez vous, directement chez votre client
  • Votre client est amené à venir chez vous/dans vos locaux
  • Vous exercez une activité manuelle/artisanale

NB : Futur auto-entrepreneur en 2019, si tu utilises ta voiture (ou scoot, ou moto) dans le cadre de ton travail, alors la RCP est obligatoire quelque soit ton activité.

(et si tu veux le contact de mon assureur à la MATMUT que j’aime d’amour, qui est adorable et de très bon conseil, laisse-moi un commentaire ou envoie-moi un message).

Avoir une mutuelle : pas obligatoire mais fortement recommandé

Depuis peu, la mutuelle est obligatoire pour tout salarié, et doit désormais lui être proposée par son employeur.

Pour le moment, les auto-entrepreneurs ne sont pas soumis à cette obligation, mais cela reste tout de même fortement recommandé. Les mutuelles pour auto-entrepreneurs sont souvent appelées mutuelles pour TNS (Travailleurs Non Salariés) et sont proposés à des tarifs de plus en plus avantageux.

Facturer ses services/prestations/ventes :

Ce n’est pas parce que les règles s’assouplissent que la facturation doit devenir facultative : soyez TRÈS rigoureux sur le sujet, et gardez ceci en tête : chaque rentrée d’argent sur votre compte dédié, doit être justifiée par une facture. 

Mettez-vous dans la peau des impôts (ou tout du moins essayez) : est-ce que tout vous paraît clair ? Est-ce que toutes les opérations financières que vous avez effectuées dans le cadre de votre activité vous paraissent justifiées et justifiables ?

En 2018 (et 2019 si tout va bien), un logiciel dédié facturation et comptabilité n’est pas obligatoire. Cependant la tenue de vos comptes et opérations l’est (sous forme de tableau Excel, par exemple).

(une autre manière d’effectuer sa comptabilité)

Clients européens et/ou CA supérieur aux seuils : déclaration de TVA

En principe, un auto-entrepreneur ne déclare pas de TVA, et n’en touche pas non plus. Pensez d’ailleurs à indiquer la mention obligatoire sur vos factures : « TVA non applicable, article 293 B du CGI ». Il existe cependant 2 cas de figure pour lesquels vous devrez obligatoirement déclarer votre TVA, même en tant qu’auto-entrepreneur en 2019 :

Vous avez des clients en Union Européenne (hors France)

Que vous soyez auto-entrepeneur ou pas, si vos services ou vos ventes s’exportent à l’extérieur du territoire français dans le reste de l’union européenne, vous êtes tenus de :

  • Demander un numéro de TVA intracommunautaire. C’est gratuit et ça se fait sur simple demande papier au service des impôts des entreprises (SIE) de votre département).
  • Établir tous les mois une déclaration de TVA. 

Vous dépassez les seuils légaux de la TVA

Si en 2017 les plafonds de chiffre d’affaire pour les auto-entrepreneurs ont été (beaucoup) relevés, ceux de la TVA n’ont pas changé. Vous serez redevables de la TVA à partir du moment où votre chiffre d’affaire dépassera :

  • 33 200€ pour les activités de prestations de service
  • 82 800€ pour les activités de vente de marchandise
Attention : vous êtes assujettis à la TVA à partir du 1er jour du premier mois de dépassement de ce seuil ! Par exemple, si le dépassement intervient le 25 septembre, toutes vos factures encaissées en Septembre devront faire figurer la TVA. Il est donc nécessaire d’anticiper ce dépassement, afin de ne pas devoir refaire toutes vos factures du mois. Ce qui reviendrait à réclamer à vos pauvres clients des sous en plus.

Déclaration de votre CA chaque mois ou trimestre

On ne rigole pas avec les sous, les déclarations de chiffre d’affaire de chaque auto-entrepreneur en 2019 resteront obligatoires. Pensez à faire la vôtre tous les mois (ou trimestres selon l’option choisie lors de l’inscription).

Alors si vous venez de vous inscrire comme auto-entrepreneur, n’oubliez pas de :

  1. Créer votre compte sur net-entreprises.com pour déclarer votre chiffre d’affaire et payer vos (éventuelles) cotisations.
  2. Créer dans les 6 mois suivant votre inscription votre compte professionnel sur impôts.gouv.fr
  3. Noter dans votre agenda/calendrier les dates de vos déclarations obligatoires.

Attention ! Même si vous êtes exonérés de cotisations, ou si votre chiffre d’affaire du mois/du trimestre est de 0€, vous devez tout de même faire votre déclaration. Renseignez simplement   » 0€  » dans la case correspondante.


Et voilà mes petits cookies !

En résumé voici les principaux changements attendus pour le statut d’ auto-entrepreneur en 2019 :

  • disparition du RSI, tous les nouveaux auto-entrepreneurs en 2019 resteront affiliés à la CPAM
  • inscription en ligne simplifiée
  • exonération de cotisations sociales la première année, taux réduits la 2e et 3e année
  • suppression de la CFE en dessous de 5 000€ de chiffre d’affaire
  • passage au prélèvement à la source
  • évolution du congé maternité

CONCLUSION : si vous envisagez de vous inscrire comme auto-entrepreneur, ATTENDEZ L’ANNÉE 2019 ! Vous vous rendrez service sur de nombreux plans !

27 Comments

  1. Merci pour cette foultitide de conseils avisés
    Bonne continuation
    Mélissa

    • Merci pour ton retour Mélissa ! Si ça t’as un peu aidée alors je suis la plus heureuse 🚀🔥

  2. Je viens de découvrir ton blog via cet article et j’ai décidé de me donner les moyens d’accroître assez le trafic pour devenir entrepreneuse en 2019 grâce a tes articles. Merci pour ces supers conseils

    • Merci pour ton retour Valentine !
      Super projet que de devenir entrepreneuse, je suis sûre que ça va cartonner 😎
      Je suis allée faire un tour sur ton blog, tu as une belle écriture je ne me fais pas de soucis pour toi !
      L’avantage d’attendre 2019 c’est qu’il te reste un peu plus de 4 mois pour préparer ton départ, tu peux nous rejoindre pour le challenge #ObjectifEntrepreneur si tu veux 🤩

  3. Je suis tombée par hasard sur ton article et j’avoue que c’est super encourageant ! Cela fait plusieurs années que je n’ose pas sauter le pas de l’entrepreneuriat à cause notamment des cotisations et de la peur de me planter lamentablement sans premier client (vive la confiance :D) tout en vivant un échec (l’échec en soi ne me dérange pas mais ayant une famille un peu frileuse pour ce genre de statut, c’est difficile d’en faire abstraction ^^).
    Cet « allègement » relance ma réflexion à ce sujet (et ça me permettrait de me fixer une échéance dans mon apprentissage en autodidacte en ayant un planning un peu plus concret et sérieux)

    Un gros merci à toi pour toutes ces informations et conseils ! C’est un article très agréable à lire, aéré et encourageant. Je me tâte encore à suivre le challenge mais comme je ne suis pas encore sûre de sauter le pas pour de bon, je ne sais pas si cela me servira ou pas. 🙂

    • Hello Noémie !

      Trop contente si cet article a pu relancer la réflexion en toi ! C’est sûr que c’est un grand pas, et on a tous un peu de mal à le sauter la première fois (ça fait peur, nos proches ne sont pas toujours compréhensifs et encourageants) mais en France on a une chance extraordinaire avec ce statut, c’est qu’il nous permet de nous lancer sans trop de risques (au pire si ça fonctionne pas, tu arrêtes et c’est tout. Il n’y a pas vraiment de conséquences financières graves derrière).

      Et si on veut même jouer la grande sécurité, rien ne nous empêche de commencer à mi-temps en gardant un emploi salarié à côté, le temps que notre activité décolle 🙂

      Pour le challenge rien ne t’empêche de le suivre « de loin » et de faire seulement les étapes qui t’intéressent, ça t’aidera peut être à concrétiser encore un peu plus ton projet dans ta tête, de commencer à y réfléchir en terme de faisabilité, d’objectifs, etc …

      Dans quoi aimerais-tu te lancer ?

      ps : merci pour tes compliments, ça me touche beaucoup 💖

  4. Coucou Aline ^^

    C’est exactement ça et avec les changements de 2019 ça va être encore mieux !
    Oui pour la sécurité, c’est aussi une bonne chose même si c’est dur de trouver un emploi par les temps qui courent. 🙂

    C’est une bonne idée pour le challenge, j’y réfléchis encore mais je pense que sauter le pas ne me fera pas de mal pour concrétiser tout cela comme tu dis et peut être que je me fais du souci pour rien. Si ça se trouve tout va bien se passer, il fallait juste se lancer et après ça sera que du bonheur *croise les doigts pour ça* ^^

    J’aimerais me lancer dans la création de sites Internet pour les entrepreneurs et les aider à avoir une vitrine efficace et à leur image pour pouvoir présenter leurs services et se faire remarquer sur l’immense toile qu’est le net. J’interviendrais un peu dans toutes les étapes, de la création visuelle et technique jusqu’à la mise en place mais aussi pour l’amélioration des sites déjà existants en essayant d’aider les entrepreneurs à atteindre leurs objectifs (visibilité sur le net et augmentation du nombre de visiteurs, amélioration d’un site sur les performances, l’ergonomie et l’adaptation pour tous les supports…). Enfin il y a de quoi faire !

    Ps : De rien pour les compliments, quand c’est bien fait, c’est important de le dire aussi ^^ D’ailleurs il va falloir que j’aille dévorer tes autres articles pour pouvoir m’inspirer et être encore plus motivée ^^

  5. Bonjour.

    Je trouve votre article très très bien fait. Félicitation. En plus, il a une connotation encourageante (ce qui n’est pas toujours celle de l’expert comptable qui va avoir tendance à mettre en valeur les difficultés qu’on va rencontrer sur le chemin).
    Je relève une seule approximation au sujet de la tva. Quand vous dites que le tva n’est pas déductible du chiffre d’affaires, vous voulez dire que le montant à payer à l’état ne se déduit pas du montant du chiffre d’affaires hors taxe déclaré à l’administration fiscale. En effet, vous devez déclarer le chiffre d’affaires HORS TAXE (pour la partie du chiffre d’affaires soumis à tva bien entendu …)
    Bravo encore pour ce post !

    • Hello JJ,
      Merci pour votre retour, ça fait super plaisir !
      Votre réflexion autour de la TVA est parfaitement exacte : je n’ai pas été claire du tout. J’ai préféré mettre à jour l’article en supprimant ce passage qui portait plus à confusion qu’autre chose. Merci d’avoir soulevé ce point !

  6. Je voulais me lancée en 2018 mais suite a des soucis de santé, je n’ai pas pu.
    Donc j’espère pouvoir en 2019 et du coup ben c’est pas plus mal si ya des changements top.
    Pour ma part ce sera salariat et auto-entrepreneur pour le moment.
    Merci de tout ces renseignements.

    • Hello Callistta, merci pour ton retour !
      Comme on dit, il faut savoir voir le meilleur dans chaque situation, et si ton lancement a été décalé en 2019 ce ne pourra être que positif pour ton futur business (et j’espère que tes soucis de santé se sont réglés 💕).
      Belle fin de journée !

  7. Alexandrine Reply

    Bonjour 🙂
    Merci beaucoup pour ton article très intéressant mais il arrive peut être un peu tard ou pas ? Je me suis lancée début Août du coup, certaines mesures comme l’exonération de cotisations sociales ou bien encore l’exonération de CFE en dessous de 5 000€ de CA par an ne s’appliqueront pas pour moi malgré tout en 2019 ?

    Merci pour ton retour 🙂

    • Coucou Alexandrine, merci pour ton retour 💕

      Déjà, félicitations pour ton lancement ! Je trouve ça super top 😎. Je suis vraiment désolée si l’article est arrivé un peu tard pour toi 😅. Alors pour répondre à tes questions :

      – l’exonération de CFE en dessous de 5000€ de CA s’appliquera à tous les auto-entrepreneurs dès 2019 (même ceux inscrits avant) donc même à toi si tu fais moins de 5000€ de CA en 2019.

      – l’exonération de cotisations sociales la 1ere année ne s’appliquera que aux auto-entrepreneurs inscrits à partir de janvier 2019

      MAIS
      Selon ton âge, ou ta situation précédant ton inscription, tu as peut être le droit à l’ACCRE ? C’est une aide qui fait la même chose que la nouvelle loi, à savoir exonération des cotisations la première année, et taux réduits les deux années suivantes. Est-ce que tu t’es renseignée ? Il me semble que tu as un mois après ta date d’inscription pour en faire la demande si tu y es eligible, ça vaut le coup de regarder !

      N’hésite pas si tu as d’autres questions 😉
      Aline

  8. Eh bah, z’ont de la chance les nouveaux futurs auto-entrepreneurs!
    Je me rappelle de la galère du vieux site de l’autoentrepreneur, une vraie co**lles dans le potage!

    • Mais tellement ! Quand j’ai débuté je ne savais même pas que l’ACCRE existait, du coup j’ai payé plein pot dès la première année !
      Mais c’est vraiment génial tous ces changements, ça va encourager ceux qui hésitaient encore à se lancer.

  9. Aipaminodas Reply

    Grand merci pour cet excellent article très complet. Je pourrais ainsi faire suivre parce que je n’y connais pas grand chose et j’ai quelques demandes.
    Une situation (très inhabituelle) à considérer : Est-il possible pour un(e) retraité(e) qui veut se faire un petit apport d’appoint de devenir auto entrepreneur ?
    Si tu n’as pas d’inc-ormation particulière à ce sujet (ce serait tellement compréhensible ! ), pas de soucis, je continuerai mes recherches.
    Bravo pour ta documentation et la clarté de tes explications.

    • Hello ! Merci beaucoup pour ton retour 🙂

      Il est tout à fait possible d’être retraité et auto entrepreneur en même temps (sans perdre ses droit à la retraite) mais ce statut particulier est soumis à des conditions spécifiques (que je ne maîtrise pas). Je sais également que selon l’ancien statut de salariat (dans le public ou le privé) ou même selon que la personne ait été salariée ou indépendante dans sa vie professionnelle, les conditions ne sont pas les mêmes.
      Il faudrait donc faire quelques recherches à ce sujet et surtout bien recroiser les informations entre les différents organismes concernés (car on sait malheureusement qu’ils ne donnent pas tous la bonne réponse du premier coup !).

      Dans tous les cas belle démarche, j’approuve 🙂

      Merci encore pour ton retour !
      Aline

  10. Bonsoir

    Félicitations pour cet article succin et clair.
    Lancé en 2016, faute de conseil, je n’ai bénéficié d’aucune aide.
    Peut on clôturer son activité pour créer une nouvelle en 2019 pour bénéficier des nouvelles aides.
    Est ce que les nouvelles exonérations de charges pendant les premières années sont inconditionnelles ?

    Bien Cordialement

    • Hello Borgi !

      Merci pour ton retour ! J’ai eu le même problème à mon lancement. J’aurais pu bénéficier de l’ACCRE, mais faute d’informations j’ai payé mes cotisations plein pot dès le premier mois ! Ce n’est pas catastrophique mais très frustrant quand on le découvre (toujours trop tard).

      Oui il est possible de clôturer son activité pour en réouvrir une tout de suite après. Il n’existe plus de délai de carence depuis 2017 (auparavant c’était de 1 an).

      En 2019 l’exonération de charges devrait être inconditionnelle mais comme je le précise au début de l’article les nouvelles lois ne sont pas encore votées, il faut donc prendre cette information avec des pincettes, surtout si l’arrêt de ton auto-entreprise actuelle est en cours !

      Belle soirée 🙂
      Aline

  11. Bonsoir

    Merci pour votre retour.

    Je n’ai pas encore entrepris de cessation d’activité pour le moment.
    Si l’exonération des charges est confirmée en 2019. Je procèderais à la clôture puis création.
    Si cela se confirme, plusieurs micro-entrepreneurs seront tentés par cette manoeuvre !
    Cela créera une situation confuse.
    Dans mon cas, faut il cesser en fin d’année 2018 et exactement quand pour pouvoir recréer une nouvelle auto-entreprise ?
    Y a t’il un risque ou des avantages à perdre que je n’aurai plus en 2019.
    Pour info j’ai opté pour le prélèvement libératoire de l’impôt avec une déclaration trimestrielle.
    En cas de cessation d’ici la fin de l’année, faut il payer immédiatement les charges à l’URSSAF ou attendre le 31 janvier 2019 pour régler les charges liées au CA du dernier trimestre 2018 ?

    Y a t’il une autre stratégie qui pourrait ouvrir aux éventuelles exonérations de charges prévues en 2019 sans cesser et recréer une nouvelle ou la même activité ?

    Bien Cordialement

    • Merci pour votre nouveau retour !

      Je ne suis pas experte-comptable, et n’ai donc pas l’expertise pour répondre à toutes vos questions qui dépassent mes zones de compétence mais voici les éléments que je connais :

      – je vous conseillerai de cesser votre activité en 2018 pour éviter de payer la CFE en 2019 (qui est dûe pour toute année civile entamée)
      – à ma connaissance il n’y a pas d’avantages qui disparaitront en 2019 pour les micro-entrepreneurs.

      Pour les autres questions je ne saurais que vous recommander de vous adresser à un expert comptable qui saura vous apporter des réponses (personnalisées, qui correspondent à votre situation).

      Belle soirée 🙂
      Aline

  12. Dimanche,7h30..je tombe un peu par hasard sur ton site! Alors là chapeau! Un grand merci de m’avoir éclairé sur les nouvelles évolutions du statut AE. J’ai fais une rupture conventionnelle pour me lancer dans cette (folle, grande, belle ?) aventure..tous les jours je me dis que je v enfin cliquer sur ce fichu bouton « valider votre inscription » mais je ne le fais pas. Cet article tombe à point nommé. J’ai désormais une bonne excuse (est-ce qu’on garde: j’ai pas confiance en moi? quid du portage salarial? comment av ses premiers clients? Une banque en ligne, est-ce une idée?) pour attendre janvier 2019! Merci bcp pour cet article. Et une nouvelle abonnée à la newsletter de plus!

    • Hello Sandra !

      Merci beaucoup pour ton commentaire 😍
      Je suis HEUREUSE si mon article a pu t’aider ne serais-ce qu’un peu !
      Si tu as décidé d’attendre Janvier pour t’inscrire, alors profite des 2 mois restants pour préparer tout ton lancement (choix du positionnement, des produits, des tarifs, mettre en place une stratégie pour trouver ses premiers clients, etc). Comme ça le jour J tu n’auras plus qu’à cliquer sur « valider » et tout le reste sera en place !

      On a le challenge #ObjectifEntrepreneur qui est en cours en ce moment, où toutes les semaines je publie un article avec une nouvelle étape à faire pour préparer son lancement. Si tu ne t’es pas encore inscrite, ça peut être une bonne idée 😉

      Au plaisir !
      Aline

  13. Pouvez-vous vérifier ce point ?
    établir tous les mois une déclaration de TVA. ? ? ? si vous avez des clients en Union Européenne (hors France)
    Pour autant que je me souvienne, ayant été en EURL pendant 5 ans, il y avait à faire la declaration mensuelle europeenne de services DES
    mon expert-comptable me demandait le TOTAL TTC en Euros donc sans TVA* pour chaque client,
    lesquels avait la mention « *TVA non applicable, article 293 B du CGI », autrement dit le chiffres d’affaires intra-communautaire.
    Et non la TVA qui de toute manière n’apparaissait pas.
    Il y a aussi la possibilité d’envoyer un formulaire papier cerfa n°13694 qui est réservée aux bénéficiaires de la franchise en base

    • Hello Ludo, merci pour votre commentaire 🙂

      Les détails qui m’ont servi à écrire cette partie de l’article peuvent être retrouvés sur le site du service public en suivant ce lien.

      En résumé :

      – en cas de prestation de service dans un pays de l’UE (hors France), avoir un numéro de TVA intracommunautaire est obligatoire, mais l’auto entrepreneur bénéficie toujours de la franchise
      – en cas de vente de marchandise dans un pays de l’UE (hors France) il est également possible d’obtenir un n° de TVA pour faciliter ses échanges. Ce n° devient obligatoire une fois passé le seuil des 10 000€.

      Après relecture je me rends compte que mon paragraphe sur la question n’est effectivement pas super clair, je vais le réécrire rapidement. Merci pour votre remarque 🙂

      Belle soirée !
      Aline

Write A Comment