La liberté de l’entrepreneur entre réalité et illusion

15 Avr 2024

Aujourd’hui, on va parler du paradoxe qui entoure la liberté de l’entrepreneur. C’est un fait, l’image de l’entrepreneur libre qui n’a de compte à rendre à personne et qui travaille sans contrainte fait souvent rêver. Alors, d’après vous, en quoi gagnez-vous en liberté en vous lançant dans l’entrepreneuriat ? Et à l’inverse, en quoi perdez-vous en liberté en travaillant à votre compte ?  

Pour répondre à ces questions, nous allons détailler les multiples facettes qui entourent la liberté des entrepreneurs, telles que : la liberté opérationnelle d’être son propre patron, la paralysie décisionnelle liée à l’indépendance, l’autonomie qui peut mener à l’inaction, etc. Allez, c’est parti !

LE PARADOXE DE LA LIBERTÉ DE L’ENTREPRENEUR 

Qu’est-ce qu’un entrepreneur libre ?  

Si vous demandez à un entrepreneur quelles sont ses valeurs les plus fondamentales, il y a de fortes chances que la liberté fasse partie de son top 3.

La liberté est d’ailleurs la grande raison qui amène beaucoup de salariés à devenir indépendants. Parce que quand on évoque le fait de travailler à son compte, on pense tout de suite à la liberté : 

  • De voyager tout en travaillant.
  • De ne pas avoir de patron à qui rendre des comptes.
  • De choisir ses clients, etc. 

Le gain en liberté opérationnelle dans l’entrepreneuriat

Il est évident que devenir entrepreneur permet de gagner en liberté opérationnelle. Vous pouvez alors : 

  • Prendre vos propres décisions en toute indépendance. 
  • Déléguer certaines tâches que vous devez réaliser.
  • Organiser votre planning et gérer votre temps de travail comme vous le souhaitez.
  • Être libre géographique, etc. 

La perte en liberté émotionnelle et intellectuelle 

Entreprendre, c’est aussi perdre en liberté émotionnelle et intellectuelle. Eh oui, c’est bien là que réside un paradoxe concernant la liberté de l’entrepreneur ! En étant indépendant, vous gagnez en liberté opérationnelle, mais : 

  • Vous êtes H24 en pleine réflexion sur votre activité professionnelle par envie de faire toujours plus.
  • Vous êtes confronté à l’incertitude concernant la pérennité de votre business.
  • Vous devez souvent faire face au syndrome de l’imposteur et à la peur de la réussite en même temps.
  • Vous devez apprendre à vivre avec une énorme charge mentale.
  • Vous êtes le seul responsable de vos réussites et de vos échecs.

Bien que les salariés bénéficient d’une plus petite liberté opérationnelle, la charge mentale associée à leur travail une fois rentrés chez eux est généralement moins pesante que celle des entrepreneurs. 

LES 4 DIMENSIONS DE LA LIBERTÉ DE L’ENTREPRENEUR  

1. La liberté de l’indépendance qui soulage 

La liberté de l’entrepreneur est souvent liée à un sentiment de soulagement. En effet, sortir du salariat pour devenir indépendant, c’est enfin pouvoir :

2. La liberté entrepreneuriale qui effraie 

La paralysie décisionnelle de l’entrepreneur libre

La liberté de l’entrepreneur peut parfois susciter la peur. Vous savez, un peu à l’image d’un oiseau qui a vécu toute sa vie en cage, à qui l’on ouvre enfin la porte et qui finalement a peur de s’envoler 😳.

Le psychologue américain Barry Schwartz a écrit le livre « Le paradoxe du choix ». Dans cet ouvrage, il explique que lorsque des personnes sont confrontées à trop de choix ou trop de liberté, cela peut les mener à développer :

  • De l’anxiété.
  • Une paralysie décisionnelle → la personne est comme paralysée et n’arrive pas à prendre de décision de manière autonome ou à faire un choix.
  • Des sentiments de regrets ou d’insatisfaction → après avoir fait un choix, la personne se demande finalement si c’était réellement la meilleure décision à prendre et si elle ne devrait pas envisager de revenir en arrière.

Dans le même domaine, l’expérience sociale connue sous le nom de « Jam » (confiture, en français) met en évidence un phénomène intéressant. Elle démontre que la majorité des personnes choisissent d’acheter de la confiture à un stand qui propose moins de choix plutôt qu’à un stand qui offre une plus grande variété de confitures.

Alors, oui, l’entrepreneur est libre, car il a devant lui de nombreuses possibilités, mais il se retrouve parfois paralysé devant tant de liberté. Beaucoup d’entrepreneurs ont d’ailleurs des difficultés à se projeter, même à six mois. Une sorte de paralysie décisionnelle se crée devant ce champ des possibles. 

En d’autres termes, trop de choix peut tuer le choix et devenir une véritable source d’angoisse. Plus on laisse le choix à l’être humain, moins il va être en mesure de passer à l’action par peur de prendre la mauvaise décision. 

C’est pour cette raison que, dans le domaine du marketing, il est par exemple conseillé de ne pas avoir plus de deux ou trois options différentes liées à une offre. Tout simplement parce que plus vous donnez le choix à votre client, plus il risque de se sentir perdu et aura du mal à passer à l’achat.  

Le syndrome de l’imposteur 

Plus vous êtes libre et autonome, plus votre niveau de doute concernant vos compétences peut augmenter. Il s’agit là du fameux syndrome de l’imposteur ! 

D’un côté, une grande liberté peut vous donner l’impression que rien n’est impossible et vous amener à penser que vos seules limites résident dans votre capacité à passer à l’action ainsi que dans vos compétences.

D’un autre côté, cette autonomie vous encourage aussi à oser vous former, car vous n’avez plus de plafond de verre qui vous freine et vous empêche d’accéder au niveau supérieur.  

3. La liberté de l’entrepreneur qui mène à l’inaction 

Un salarié doit respecter des horaires d’arrivée et de départ du bureau ou tout du moins un minimum d’heures de travail à effectuer dans le mois. 

De son côté, la liberté de l’entrepreneur ne lui donne aucune obligation de se lever chaque matin pour travailler. Il doit donc se motiver seul afin de passer à l’action et ce n’est pas toujours facile.

Il y a quelques semaines, j’avais un ami entrepreneur chez moi qui me disait que le fait que je me lève chaque matin pour me rendre à mon bureau lui permettait de se motiver, lui aussi, à se mettre au travail de bonne heure. Ce qui n’était pas toujours le cas lorsqu’il était seul chez lui. 

Alors, oui, des horaires de travail fixes peuvent sembler restreindre la liberté, mais ce cadre encourage aussi à aller de l’avant et à avancer. L’entrepreneur qui a une liberté totale concernant ses heures de travail doit donc réussir à ne pas se complaire dans l’inaction et trouver la motivation, la discipline et la détermination de se fixer des objectifs et de les atteindre

Se laisser aller est tellement facile lorsque personne n’est derrière vous pour vérifier ce que vous faites ou pour checker que vous ne procrastinez pas sur certaines tâches à accomplir en priorité 😅.

À ce propos, le philosophe Nietzsche parle du concept du « dernier homme » et du « surhomme » :

  • Le dernier homme rejette tout ce qui est un petit peu difficile ou challengeant et aspire à une existence sans douleur, sans effort et sans risque. Finalement, cette personne est incapable de vivre selon des idéaux élevés et se contente de petits plaisirs basiques d’une vie confortable et superficielle. 
  • Le surhomme repousse ses limites pour créer de nouvelles valeurs, pour atteindre de nouveaux niveaux de conscience et finalement faire avancer la société. Cette personne est capable de se challenger et de dépasser les difficultés de la vie en passant à l’action. 

On peut alors se questionner sur la place de la liberté dans nos vies. Car si on laisse une totale liberté à un individu, va-t-il avoir tendance à se dépasser, à repousser ses limites, à challenger ses valeurs ou va-t-il tomber dans une forme de complaisance envers lui-même qui mène à la passivité ? 

Je pense vraiment que cette notion de liberté qui peut amener à l’inaction dépend du caractère, de la détermination et de la discipline de chacun. Alors, demandez-vous si, dans un cadre d’extrême liberté, vous avez plutôt tendance à :

  • Vous épanouir, vous challenger, vous motiver, considérer que le fait que vous n’ayez pas de plafond de verre vous permet de réinventer votre vie de rêve et de dépasser vos limites. 
  • Lâcher prise et être dans l’inaction.

Il faut évidemment beaucoup d’humilité et d’honnêteté envers soi-même pour répondre sincèrement à cette question ❤️. 

4. La liberté qui isole les entrepreneurs 

Dans le monde de l’entrepreneuriat, la solitude est une réalité. En effet, être libre rime souvent avec le fait de se sentir seul au quotidien. En tant que chef d’entreprise, votre business repose sur vos épaules (d’autant plus si vous avez une équipe à vos côtés 🫶🏻). Vous n’avez pas la possibilité de vous appuyer sur un système solide comme peut le faire un salarié. 

Et même si les membres de votre entourage sont bienveillants, s’ils n’évoluent pas dans le milieu de l’entrepreneuriat, ils ne pourront pas comprendre les difficultés qui jonchent votre quotidien comme :

  • Vous rendre compte trop tard que vous avez envoyé un email à votre liste de diffusion en oubliant un détail crucial… et que tout le monde reçoit un message avec un « Hello [NAME] » totalement impersonnel. 
  • L’envoi de 50 emails de prospection sans avoir aucune réponse en retour 😢.

On sous-estime souvent la puissance d’avoir des collègues avec qui l’on peut se plaindre, grâce à qui l’on se sent soutenu et qui comprennent les challenges en cours, les clients difficiles, etc. 

C’est pour ça qu’en tant qu’entrepreneur vous entendez souvent parler de l’importance du réseau. Les membres de votre réseau ne vous « servent » pas uniquement à être vos futurs prescripteurs, à parler de vos offres autour d’eux. Ces personnes qui composent votre réseau professionnel peuvent avant tout vous soutenir et comprendre vos tracas d’entrepreneur libre !  


Voilà, vous comprenez maintenant le paradoxe de la liberté de l’entrepreneur. Être un entrepreneur libre, c’est autant gagner en liberté opérationnelle que perdre en liberté émotionnelle et intellectuelle. Je pense donc qu’il ne faut pas réduire l’entrepreneuriat uniquement à la liberté de voyager, de se lever tard et de choisir ses clients. Parce que finalement, il existe de nombreuses facettes à la liberté d’entreprendre : la liberté qui soulage liée à l’indépendance, celle qui effraie et paralyse, celle qui mène à l’inaction et celle qui isole. D’ailleurs, si vous êtes entrepreneur et que cette liberté vous empêche parfois d’agir concrètement, n’hésitez pas à télécharger gratuitement le plan d’action en 10 étapes pour développer votre business.

Vous aimerez également

Biais cognitifs : définition et cas pratiques pour apprendre à les repérer et limiter leur impact sur vos prises de décisions

Biais cognitifs : définition et cas pratiques pour apprendre à les repérer et limiter leur impact sur vos prises de décisions
Laissez-nous un petit commentaire 🍪

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}